Ava­lanche de com­mandes au Sa­lon du Bour­get

● Boeing et Air­bus ont en­gran­gé plu­sieurs cen­taines de com­mandes pour plu­sieurs mil­liards de dol­lars. ● Le Ra­fale et le F35 ont fait le spec­tacle dans le ciel.

Les Echos - - LA UNE - A. B. B. T. (au Bour­get)

AÉ­RO­NAU­TIQUE Boeing et Air­bus ont en­gran­gé les com­mandes à l’is­sue du pre­mier jour du Sa­lon du Bour­get. Le groupe amé­ri­cain a dé­voi­lé 240 com­mandes et en­ga­ge­ments d’achat pour son Boeing 737 MAX 10, tan­dis que Air­bus ré­pli­quait avec une com­mande ferme de 100 A320 neo, d’une va­leur de 10,8 mil­liards de dol­lars au prix ca­ta­logue. Le pré­sident Ma­cron a cé­lé­bré la fi­lière aé­ro­nau­tique eu­ro­péenne.

Un ciel bleu azur, un nou­veau pré­sident, un spa­tio­naute fran­çais de re­tour sur terre, les meilleurs avions au monde et une ava­lanche de com­mandes pour Air­bus et Boeing : tous les in­gré­dients d’une belle jour­née étaient réu­nis lun­di, pour l’ou­ver­ture du Sa­lon aé­ro­nau­tique du Bour­get.

Le ma­tin, le grand pa­tron de Boeing, Den­nis Mui­len­burg, avait don­né un coup d’en­voi re­ten­tis­sant en an­non­çant pas moins de 240 com­mandes et en­ga­ge­ments d’achat pour le Boeing 737 MAX 10, le der­nier-né de la cé­lèbre fa­mille de mo­no­cou­loirs moyen-cour­riers, qui ne sor­ti­ra d’usine qu’en 2019. De quoi per­mettre à Boeing de prendre une sé­rieuse op­tion pour une pre­mière vic­toire sur Air­bus au Bour­get. Mais une heure plus tard, Air­bus ré­pli­quait à Boeing , en an­non­çant une com­mande ferme de 100 A320 neo, le concur­rent du 737 MAX, d’une va­leur to­tale de 10,8 mil­liards de dol­lars au prix ca­ta­logue, pour le loueur d’avions amé­ri­cain Ge­cas.

De quoi re­mettre les comp­teurs à zé­ro. D’au­tant qu’une par­tie des 240 com­mandes de Boeing, dé­voi­lées en cours de jour­née, s’avé­raient, pour une par­tie, de simples en­ga­ge­ments d’achat et des conver­sions de com­mandes dé­jà comp­ta­bi­li­sées. Fin mai, Boeing comp­tait en ef­fet plus de 160 com­mandes non iden­ti­fiées dans son car­net, ap­pa­rem­ment des­ti­nées à faire le show au Bour­get.

Le match des com­mandes devrait donc se pour­suivre jus­qu’à jeu­di, avec plu­sieurs an­nonces com­mer­ciales à ve­nir dans les deux camps, dont une pos­sible grosse com­mande chi­noise chez Air­bus ce mar­di. Une nou­velle com­mande d’A380 n’est pas non plus à ex­clure. Air­bus a en ef­fet dé­voi­lé lun­di de nouvelles amé­lio­ra­tions ap­por­tées à son très gros por­teur pour le rendre plus at­trac­tif éco­no­mi­que­ment, dont des ai­lettes des­ti­nées à ré­duire la consom­ma­tion de car­bu­rant. Le PDG d’Air­bus avions com­mer­ciaux, Fa­brice Bré­gier, a éga­le­ment in­di­qué être en né­go­cia­tion avec plu­sieurs clients po­ten­tiels pour l’A380.

Mais Boeing et Air­bus ne sont pas les seuls à faire des af­faires au Bour­get. CFM In­ter­na­tio­nal, la co­en­tre­prise de Sa­fran et Ge­ne­ral Elec­tric, qui fa­brique tous les mo­teurs des Boeing 737 et une par­tie de ceux des Air­bus, a éga­le­ment si­gné plu­sieurs gros con­trats lun­di dans le sillage des deux avion­neurs. CFM a rem­por­té la mo­to­ri­sa­tion des 100 A320 neo com­man­dés par Ge­cas, soit 200 mo­teurs Leap d’une va­leur to­tale de 2,9 mil­liards de dol­lars. Le groupe IAG, mai­son mère de Bri­tish Air­ways et d’Ibe­ria, a aus­si sé­lec­tion­né le Leap-1A de CFM pour mo­to­ri­ser 55 A320 neo. De quoi ac­cen­tuer en­core l’avance de CFM surP­ratt& Whit­ney, son concur­rent sur l’A 320. En y ajou­tant les com­mandes de Boeing dé­jà confir­mées, c’est une jour­née à 5,9 mil­liards de dol­lars que s’est of­ferte CFM In­ter­na­tio­nal lun­di au Bour­get.

Cô­té mi­li­taire, le F 35 a réa­li­sé sa pre­mière dé­mons­tra­tion dans le ciel fran­çais. Beau­coup de puis­sance, peu de grâce, l’avion de Lock­heed Mar­tin a en­core du tra­vail pour mon­trer ses pleines ca­pa­ci­tés. Lock­heed Mar­tin a ce­pen­dant af­fir­mé qu’au-de­là des 2.400 com­mandes do­mes­tiques de l’ar­mée amé­ri­caine il avait le sou­tien de 11 pays prêts à lui ache­ter 440 ap­pa­reils en plus. Alors que l’Inde reste un mar­ché ul­tra-convoi­té, le construc­teur a dé­cla­ré qu’il pour­rait s’al­lier au groupe Ta­ta pour pro­duire sur place des F16 pour l’ar­mée de l’air in­dienne. Une ma­nière de me­na­cer Das­sault, qui s’est al­lié à l’in­dien Re­liance et es­père four­nir

Air­bus a ap­por­té de nouvelles amé­lio­ra­tions à son A380 pour le rendre plus at­trac­tif éco­no­mi­que­ment.

bien da­van­tage que les 36 Ra­fale dé­jà com­man­dés.

Le pa­tron de Boeing, Den­nis Mui­len­burg s’est ré­joui de l’in­té­rêt du Qa­tar, qui s’est en­ga­gé à ache­ter 36 F15, qu’il at­tri­bue à un rap­port coût-en­tre­tien « très at­trac­tif » et aux amé­lio­ra­tions ap­por­tées par la der­nière ver­sion du chas­seur. Le pa­tron de Boeing a aus­si in­di­qué qu’il pré­pa­rait dé­jà « la gé­né­ra­tion sui­vante » , qu’il veut fur­tive, mieux adap­tée à la guerre élec­tro­nique et de grande vi­tesse. — et

L’inau­gu­ra­tion lun­di du 52e Sa­lon du Bour­get a don­né lieu à des dé­mons­tra­tions aé­riennes im­pres­sion­nantes, dont celle de l’A350-1000, le der­nier-né de la fa­mille des Air­bus A350.

Comments

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.