Un conte­neur pour l’agri­cul­ture du fu­tur

Les Echos - - IDEES & DEBATS - Etienne Com­bier

Des lé­gumes frais qui poussent à la ver­ti­cale, à l’in­té­rieur d’un conte­neur high-tech : c’est la pro­po­si­tion de la start-up amé­ri­caine Freight Farms, qui s’adresse aux par­ti­cu­liers comme aux en­tre­prises. Sa tech­no­lo­gie, qui re­pose sur de l’hy­dro­po­nie, soit de l’eau dans la­quelle des élé­ments nu­tri­tifs sont ajou­tés, se veut simple. « Nous vou­lons faire de l’agri­cul­ture quelque chose de lo­cal, que tout le monde puisse cul­ti­ver » , af­firme Rick Tren­chard, res­pon­sable du mar­ke­ting de Freight Farms, pré­sent la se­maine der­nière à Vi­va Tech­no­lo­gy. Concrètement, un par­ti­cu­lier, un res­tau­rant ou un fer­mier pro­fes­sion­nel re­çoit un conte­neur ca­pable de s’adap­ter aux condi­tions cli­ma­tiques. Avant d’être plan­tés à la ver­ti­cale, les lé­gumes doivent pous­ser ho­ri­zon­ta­le­ment dans de pe­tits cubes pro­po­sés par la start-up. La start-up af­firme que chaque conte­neur peut abri­ter 4.500 plants. Freight Farms n’est pas le seul à vou­loir rap­pro­cher l’agri­cul­ture des villes. Plu­sieurs start-up, dont Agri­cool en France, pro­posent éga­le­ment ce genre de so­lu­tion dans des conte­neurs. Pour se dif­fé­ren­cier, Freight Farm mise sur un contrôle par smart­phone : le fer­mier confir­mé ou ama­teur peut ain­si sur­veiller son conte­neur à dis­tance et ac­ti­ver plu­sieurs pro­grammes. —

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.