Le géant al­le­mand cultive l’in­no­va­tion dans son in­cu­ba­teur de start-up

Le groupe cherche à fa­vo­ri­ser l’in­no­va­tion en in­terne. Un es­pace dé­dié aux start-up monte en puis­sance près de Stutt­gart.

Les Echos - - INDUSTRIE & SERVICES -

C’est une an­cienne usine si­tuée à Lud­wig­sburg dans la ban­lieue de Stutt­gart, ber­ceau his­to­rique du groupe Ro­bert Bosch. En­core en chan­tier, cet es­pace de 5.000 mètres car­rés, qui vient agran­dir le site exis­tant, ac­cueille­ra à l’au­tomne les sa­la­riés de la fi­liale de Bosch dé­diée aux start-up, créée fin 2013.

L’ob­jec­tif ? Créer des condi­tions fa­vo­rables à l’in­no­va­tion au sein du groupe, un énorme pa­que­bot qui compte 390.000 em­ployés dans le monde et 440 fi­liales. Et y re­pro­duire les re­cettes des start-up ca­li­for­niennes : open space, équipes de taille ré­duite et ho­raires flexibles…

Deux start-up et cinq équipes d’in­gé­nieurs y dé­ve­loppent d’ores et dé­jà des pro­jets très di­vers. Par­mi elles, Mo­bi­kee conçoit une « app » pour smart­phones qui per­met de re­pé­rer l’en­semble des offres de mo­bi­li­té ur­baine (au­to-par­tage, lo­ca­tion de vé­los…) dis­po­nibles à proxi­mi­té et de ré­ser­ver di­rec­te­ment un ser­vice. À l’ori­gine de la start-up : deux sa­la­riés is­sus des di­vi­sions de Bosch et ve­nus pro­po­ser leur idée au groupe.

Une fois leur pro­jet va­li­dé, les em­ployés ont ob­te­nu un bud­get et in­té­gré la fi­liale Ro­bert Bosch Start-up, dé­te­nue à 100 % par la mai­son mère. Ain­si qu’un nou­veau contrat non cou­vert par la conven­tion col­lec­tive. Un re­tour au sein de la mai­son mère n’est par ailleurs pas ga­ran­ti. « C’est une dé­ci­sion dé­li­bé­rée : les sa­la­riés doivent être prêts à prendre un risque per­son­nel », sou­ligne Birte Moyé, char­gée de com­mu­ni­ca­tion.

Uti­li­ser la re­nom­mée de la marque

Ze­no­way dé­ve­loppe de son cô­té un sys­tème d’as­sis­tance de conduite pour cha­riots élé­va­teurs, à des­ti­na­tion des opé­ra­teurs d’en­tre­pôts. Sur le cam­pus R&D de Bosch de Ren­nin­gen, à une ving­taine de ki­lo­mè- tres de là, la start-up Deep­field Ro­bo­tics pro­fite, elle, de la proxi­mi­té des champs pour conce­voir des so­lu­tions agri­coles. Dans son ca­ta­logue : une ap­pli­ca­tion qui per­met aux agri­cul­teurs de sur­veiller la tem­pé­ra­ture du sol pour lancer au bon mo­ment la ré­colte des as­perges, ou en­core un sys­tème pour pro­té­ger les cultures de fraises contre le gel.

Outre l’oc­troi d’un fi­nan­ce­ment et la mise à dis­po­si­tion de lo­caux, l’in­té­gra­tion à la fi­liale de Bosch per­met à ces pe­tites équipes de s’ap­puyer sur la re­nom­mée de la marque, ain­si que ses in­fra­struc­tures mon­diales, avec ses ser­vices de res­sources hu­maines, dé­par­te­ments ju­ri­diques ou comp­ta­bi­li­té.

Aux 70 sa­la­riés de la fi­liale viennent s’ajou­ter des em­ployés de la mai­son mère, in­vi­tés à uti­li­ser l’es­pace de tra­vail par­ta­gé de Lud­wig­sburg. L’ex­ten­sion des lo­caux per­met­tra à terme d’ac­cueillir de nouvelles équipes ex­té­rieures, afin de fa­ci­li­ter les échanges, et donc l’in­no­va­tion. —

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.