Quand la Chine se met à l’étha­nol

Les Echos - - IDÉES & DÉBATS - J. H.-R.

La di­rec­tive vient de haut : quinze dé­par­te­ments mi­nis­té­riels chi­nois ont pu­blié un do­cu­ment se­lon le­quel « l’étha­nol, mé­lan­gé avec de l’es­sence, se­ra uti­li­sé pour ré­duire la pol­lu­tion d’ici à 2020 à tra­vers toute la Chine ».

Dans un édi­to­rial, le « Chi­na Dai­ly », qui re­prend gé­né­ra­le­ment la ligne du Par­ti com­mu­niste chi­nois, af­firme que cette di­rec­tive n’est pas une sur­prise, car elle vise à fa­ci­li­ter la tran­si­tion entre éner­gies fos­siles et éner­gies propres.

Il est vrai que, face à un Do­nald Trump em­bour­bé dans ses dé­cla­ra­tions, par­fois contra­dic­toires, sur l’Ac­cord de Pa­ris, la Chine veut s’af­fir­mer comme le lea­der sur les ques­tions cli­ma­tiques. Dé­jà onze pro­vinces chi­noises ont lan­cé des tests sur une uti­li­sa­tion de l’étha­nol, et les re­cherches se pour­suivent sur la tran­si­tion après 2020 vers des vé­hi­cules n’uti­li­sant plus d’es­sence. Une tran­si­tion qui de­vrait pas­ser par l’uti­li­sa­tion de voi­tures élec­triques.

Ce mou­ve­ment de­vrait prendre des an­nées, car quelque 200 mil­lions de voi­tures cir­culent au­jourd’hui en Chine. « Pour ré­duire les émis­sions de gaz à ef­fet de serre, la Chine a dé­ci­dé de pro­mou­voir de nou­velles voi­tures en sub­ven­tion­nant le coût de leur dé­ve­lop­pe­ment et en uti­li­sant des po­li­tiques com­mer­ciales » fa­vo­rables au rem­pla­ce­ment des an­ciens vé­hi­cules. En tout cas, Pé­kin n’est pas dupe des consé­quences de l’uti­li­sa­tion de l’étha­nol. Il ne s’agit que d’une étape, af­firme le jour­nal. La Chine veut aus­si don­ner l’exemple au reste du monde. Une fa­çon, peut-être, d’em­bar­ras­ser le tur­bu­lent pré­sident amé­ri­cain.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.