La Banque d’An­gle­terre fait bon­dir la livre ster­ling

Les Echos - - ENTREPRISES & MARCHÉS - Etienne Goetz @etien­ne­goetz

Sans sur­prise ? Pas to­ta­le­ment… La Banque d’An­gle­terre a dé­ci­dé de main­te­nir son taux di­rec­teur à 0,25 %, comme le pré­voyaient la ma­jo­ri­té des ana­lystes. Mais l’ins­ti­tut d’émis­sion a fait sa­voir dans le compte ren­du de ses dé­bats qu’il pour­rait opé­rer pro­chai­ne­ment un res­ser­re­ment mo­né­taire. Son gou­ver­neur, le Ca­na­dien Mark Car­ney, a en­fon­cé le clou en dé­cla­rant que la pro­ba­bi­li­té d’une hausse des taux avait « as­su­ré­ment aug­men­té ». Il a no­tam­ment fait ré­fé­rence au ni­veau at­teint par l’in­fla­tion au Royaume-Uni. Le taux dé­passe lar­ge­ment l’ob­jec­tif : il flirte avec 3 % au lieu des 2 % ci­blés.

Ces nou­velles ont eu un im­pact très net sur les mar­chés fi­nan­ciers. La livre ster­ling a ga­gné 1,3 % face au dol­lar et les taux bri­tan­niques à 10 ans se sont ten­dus de pas moins de 8,5 points.

« La ma­jo­ri­té des membres du Co­mi­té de po­li­tique mo­né­taire » es­timent que si l’éco­no­mie conti­nue sur sa tra­jec­toire, « le re­trait d’une par­tie du sti­mu­lus mo­né­taire pour­rait être ap­pro­prié dans les mois à ve­nir pour faire re­ve­nir l’in­fla­tion à son ni­veau cible », dé­taillent les mi­nutes de la réunion.

Au fil du compte ren­du, la me­nace d’un chan­ge­ment de cap de la po­li­tique de la Banque d’An­gle­terre se pré­cise : « Tous les membres du co­mi­té conti­nuent à pen­ser que, si l’éco­no­mie pour­suit sa tra­jec­toire glo­ba­le­ment conforme aux pré­vi­sions du rap­port tri­mes­triel sur l’in­fla­tion [pu­blié le mois der­nier, NDLR] le res­ser­re­ment de la po­li­tique mo­né­taire pour­rait être plus mar­qué » que ne l’at­tend le mar­ché, a aver­ti l’ins­ti­tu­tion de Th­read­needle.

La dé­ci­sion de jeu­di a été prise à 7 voix contre 2. Pour Syl­wia Hu­bar, chez Na­tixis, le mes­sage est am­bi­gu. La ré­par­ti­tion des votes semble dire qu’il n’y au­ra pas de tour de vis en no­vembre, alors que le compte-ren­du des dé­bats sug­gère l’in­verse. Pour l’ana­lyste, si la Banque d’An­gle­terre compte re­le­ver ses taux ra­pi­de­ment, la réunion de no­vembre est la plus adap­tée car elle don­ne­ra lieu à une confé­rence de presse et un nou­veau rap­port sur l’in­fla­tion se­ra dé­voi­lé. D’ailleurs, jeu­di, la pro­ba­bi­li­té d’un geste à ce mo­ment-là de l’an­née a grim­pé à 51 % au sein de la com­mu­nau­té fi­nan­cière, se­lon Bloom­berg.

« Les in­cer­ti­tudes éco­no­miques liées au Brexit et les risques que ce­la fait cou­rir à l’ac­ti­vi­té dans le pays sont tels qu’une telle ac­tion ne consti­tue­rait pas le dé­but d’un nou­veau cycle de res­ser­re­ment mo­né­taire », tem­pèrent les spé­cia­listes d’ING. La tâche de la Banque d’An­gle­terre n’est pas simple. ■

L’ins­ti­tut d’émis­sion a fait sa­voir dans le compte ren­du de ses dé­bats qu’il pour­rait opé­rer pro­chai­ne­ment un res­ser­re­ment mo­né­taire.

Le ni­veau at­teint par l’in­fla­tion au Royau­meU­ni, avec un taux qui flirte avec 3 %, le rend de plus en plus pro­bable.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.