L’IN­CROYABLE PER­CÉE DES LI­CORNES CHI­NOISES

Près d’un tiers des li­cornes dans le monde sont en Chine. Par­mi ces der­nières, la moi­tié n’exis­tait pas il y a deux ans. Elles pro­fitent de l’ef­fet d’échelle lié à la taille du pays, de l’ex­plo­sion des usages et se montrent très in­no­vantes.

Les Echos - - LA UNE - Fré­dé­ric Schaef­fer @fr_­schaef­fer — Cor­res­pon­dant à Pé­kin

Près d’un tiers des start-up va­lo­ri­sées plus de 1 mil­liard de dol­lars dans le monde se trouvent en Chine. Elles gros­sissent plus vite que leurs consoeurs amé­ri­caines et se montrent très in­no­vantes.

La ru­meur fait tel­le­ment sens que même le dé­men­ti des in­té­res­sés n’a pas suf­fi à la faire taire. Mo­bike et Ofo, les deux stars chi­noises du vé­lo en libre ac­cès, au­raient en­ta­mé des dis­cus­sions en vue d’un rap­pro­che­ment. Une fu­sion qui, si elle de­vait se concré­ti­ser, va­lo­ri­se­rait la nou­velle en­ti­té à… 4 mil­liards de dol­lars, se­lon Bloom­berg.

Qua­si in­exis­tantes il y a qua­si­ment quinze mois, les deux start-up ont inon­dé les rues des grandes villes chi­noises avec leurs vé­los jaunes ou chro­més à me­sure qu’elles ont mul­ti­plié les le­vées de fonds au­près d’in­ves­tis­seurs aus­si pres­ti­gieux que Tencent (le géant du jeu vi­déo et des ré­seaux so­ciaux) et Ali­ba­ba (le roi de l’e-com­merce). Quelques mois au­ront suf­fi à Ofo et Mo­bike pour re­joindre le ba­taillon des li­cornes que compte dé­sor­mais la Chine.

Les choses vont vite du cô­té de la high-tech chi­noise. Très vite ! Sur les 221 start-up va­lo­ri­sées plus de un mil­liard de dol­lars dans le monde, 29 % sont dé­sor­mais chi­noises, constate un rap­port du Boston Con­sul­ting Group (BCG), réa­li­sé en co­opé­ra­tion avec Ali­ba­ba et Bai­du.

Les Etats-Unis do­minent tou­jours le pay­sage, mais la concur­rence gronde de l’autre cô­té du Pa­ci­fique. De­ve­nir une li­corne prend en moyenne quatre ans en Chine, contre sept ans aux Etats-Unis. Et près de la moi­tié des chi­noises ont moins de deux ans, contre 9 % des amé­ri­caines.

Cette mon­tée en puis­sance de la high-tech chi­noise se voit aus­si à tra­vers la place prise par ses géants. Seuls deux dra­peaux fi­gurent dé­sor­mais dans le Top 10 des plus grosses ca­pi­ta­li­sa­tions de so­cié­tés In­ter­net au monde : ceux de la Chine et des Etats-Unis. A pa­ri­té. De quoi don­ner à ré­flé­chir aux ac­teurs eu­ro­péens, grands ab­sents du clas­se­ment… Tencent et Ali­ba­ba pèsent cha­cun plus de 400 mil­liards de dol­lars en Bourse et ne sont plus très loin d’Ama­zon et Fa­ce­book. Et les deux font dé­sor­mais par­tie du club très fer­mé des dix plus grosses en­tre­prises au monde.

L’en­goue­ment des in­ves­tis­seurs

Cet en­goue­ment des in­ves­tis­seurs pour les ac­teurs de l’In­ter­net chi­nois a de quoi don­ner le ver­tige. « Il s’ex­plique à la fois par la ra­pi­di­té avec la­quelle les Chi­nois ont adop­té les usages In­ter­net dans leur quo­ti­dien, mais aus­si par les gi­se­ments de crois­sance consi­dé­rables qu’il reste à ex­ploi­ter », ex­plique Fran­çois Can­de­lon, di­rec­teur as­so­cié se­nior du BCG à Shan­ghai. Le nombre d’in­ter­nautes chi­nois a pro­gres­sé en moyenne de 25 % par an au cours des 15 der­nières an­nées, pour at­teindre 710 mil­lions. Plus que l’Inde et les Etats-Unis réunis ! Mais les pers­pec­tives res­tent im­menses, puisque le taux de pé­né­tra­tion se si­tue à 52 % de la po­pu­la­tion, là où il dé­passe les 85 % dans les pays dé­ve­lop­pés. C’est aus­si pour ce­la que des géants comme Tencent res­tent en­core très concen­trés sur le mar­ché chi­nois.

A ce­la s’ajoute l’ex­plo­sion des usages. « Si les Etats-Unis sont un pays ba­sé sur la voi­ture, la Chine est au­jourd’hui un pays conduit par l’In­ter­net et la té­lé­pho­nie mo­bile »,a cou­tume de dire Jack Ma, le fon­da­teur d’Ali­ba­ba. Un quart des Chi­nois n’uti­lisent plus que leur smart­phone pour sur­fer (contre 11 % aux EtatsU­nis). Com­merce, fi­nance, di­ver­tis­se­ment, trans­port… l’In­ter­net a en­va­hi leur quo­ti­dien : là où Ama­zon a mis 14 ans pour tou­cher 50 % des in­ter­nautes amé­ri­cains, la pla­te­forme Tao­bao (Ali­ba­ba) a mis 9 ans. « La Chine adopte beau­coup plus vite que les Etats-Unis les nou­velles ap­pli­ca­tions, mais est aus­si beau­coup plus vo­la­tile », pour­suit Fran­çois Can­de­lon. La vie d’une li­corne chi­noise peut aus­si n’être qu’éphé­mère. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.