Com­merce : les pro­po­si­tions de Trump af­folent le Ca­na­da et le Mexique

Les Etats-Unis veulent por­ter à 85 % le taux de com­po­sants pro­ve­nant d’Amé­rique du Nord pour qu’un vé­hi­cule bé­né­fi­cie de ta­rifs doua­niers pré­fé­ren­tiels.

Les Echos - - MONDE - Mi­chel De Gran­di @MdeG­ran­di

Les né­go­cia­teurs amé­ri­cains, mexi­cains et ca­na­diens se sont re­trou­vés à Ar­ling­ton, près de Wa­shing­ton, pour ten­ter de sau­ver l’ac­cord de libre-échange (Alé­na) qui les lie. Avant même l’ou­ver­ture des dis­cus­sions, le se­cré­taire amé­ri­cain au Com­merce, Ro­bert Ligh­thi­zer, a an­non­cé que la ses­sion se­rait pro­lon­gée de deux jours.

Vo­lon­té d’al­ler vite ou agen­da par­ti­cu­liè­re­ment char­gé ? Le ca­len­drier ini­tial a pré­vu que le toi­let­tage de l’ac­tuel ac­cord, qui date de 1994, pour­rait être fi­na­li­sé avant la fin de l’an­née. Le temps presse et les po­si­tions sont loin de se rap­pro­cher. La vo­lon­té po­li­tique pour­tant est bien là, au moins du cô­té ca­na­dien. « Je conti­nue de croire en l’Alé­na […], nous sommes prêts à tout et nous conti­nue­rons de tra­vailler pour pré­ser­ver les in­té­rêts des Ca­na­diens », a dé­cla­ré Jus­tin Tru­deau, le Pre­mier mi­nistre ca­na­dien, ve­nu à Wa­shing­ton.

Do­nald Trump, de son cô­té, se montre for­cé­ment plus cir­cons­pect sur la forme fi­nale que pour­rait re­vê­tir le nou­vel ac­cord. A la ques­tion de sa­voir s’il en­vi­sa­geait de main­te­nir un es­pace de libre-échange avec le Ca­na­da uni­que­ment il a ré­pon­du « bien sûr, ab­so­lu­ment ».

Avant le dé­but du qua­trième round, les nou­velles pro­po­si­tions de Wa­shing­ton ont je­té un froid, pous­sant même la Chambre amé­ri­caine de com­merce à ac­cu­ser l’ad­mi­nis­tra­tion Trump de sa­bo­ter les né­go­cia­tions avec « des pro­po­si­tions équi­va­lant à une pi­lule em­poi­son­née ».

En ver­tu des règles ac­tuelles de l’Alé­na, au moins 62,5 % des com­po­sants d’un vé­hi­cule doivent pro­ve­nir d’Amé­rique du Nord pour pro­fi­ter de ta­rifs doua­niers pré­fé­ren­tiels. Wa­shing­ton vou­drait por­ter ce seuil à 85 %, avec une sous-clause de 50 % de com­po­sants ve­nant spé­ci­fi­que­ment des Etats-Unis.

La carte du dia­logue

D’autres pro­po­si­tions de Wa­shing­ton risquent de heur­ter le Ca­na­da, le Mexique mais aus­si les en­tre­prises amé­ri­caines, dont une clause spé­ci­fique dite « sun­set » qui contrain­drait à une re­né­go­cia­tion de l’Alé­na tous les cinq ans et à une ré­vi­sion ra­di­cale des mé­ca­nismes d’ar­bi­trage des li­tiges. L’ad­mi­nis­tra­tion Trump veut aus­si mo­di­fier les clauses liées à la pro­prié­té in­tel­lec­tuelle et in­tro­duire de nou­velles pro­tec­tions pour les pro­duc­tions sai­son­nières.

Au­tant les re­la­tions entre les Etats-Unis et cha­cun de ses par­te­naires se sont ten­dues, au­tant l’axe Ot­ta­wa-Mexi­co ne souffre d’au­cun conten­tieux. Des deux par­te­naires de Wa­shing­ton, le Mexique, qui ex­porte 80 % de sa pro­duc­tion vers les Etats-Unis, est as­su­ré­ment le plus fra­gi­li­sé de­puis l’élec­tion de Do­nald Trump. De­puis un an, En­rique Peña Nie­to a choi­si de jouer la carte du dia­logue et de la fer­me­té vis-à-vis de son tur­bu­lent voi­sin. Il sait aus­si que ce der­nier a su­bi bon nombre de re­vers par rap­port à ses pro­messes de cam­pagne – comme la non-abo­li­tion de l’Oba­ma­care – et a donc be­soin de quelque suc­cès. Comme pour­rait l’être une ré­vi­sion de l’Alé­na. En consti­tuant un front avec le Ca­na­da, l’un et l’autre aug­mentent mé­ca­ni­que­ment leur marge de ma­noeuvre dans la né­go­cia­tion. Sans être sûrs d’abou­tir. Sans doute est-ce pour ce­la que les équipes d’En­rique Peña Nie­to tra­vaillent sur plu­sieurs scé­na­rios, dont ce­lui d’une dis­lo­ca­tion de l’Alé­na. « Une sor­tie du Mexique de cet ac­cord de libre-échange ne se­rait pas ca­tas­tro­phique pour ce pays, car les règles de l’OMC de­vraient se sub­sti­tuer alors à celles de l’Alé­na » et lui être plu­tôt fa­vo­rables, ex­plique Jean-Jacques Kour­liand­sky, cher­cheur à l’Iris. Pas sûr que les Etats-Unis se sa­tis­fassent d’un tel scé­na­rio. ■

« Je conti­nue de croire en l’Alé­na […], nous sommes prêts à tout et nous conti­nue­rons de tra­vailler pour pré­ser­ver les in­té­rêts des Ca­na­diens. » JUS­TIN TRU­DEAU Pre­mier mi­nistre ca­na­dien

Jus­tin Tru­deau, le Pre­mier mi­nistre ca­na­dien, et le pré­sident amé­ri­cain, Do­nald Trump, se sont re­trou­vés à Wa­shing­ton.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.