L’ex­trême droite au­tri­chienne pour­rait faire son re­tour au gou­ver­ne­ment

Le par­ti conser­va­teur ÖVP don­né ga­gnant des lé­gis­la­tives de di­manche.

Les Echos - - MONDE - Ca­the­rine Cha­ti­gnoux @cha­ti­gnoux

Il par­tage avec Em­ma­nuel Ma­cron la jeu­nesse, l’en­thou­siasme et la vo­lon­té de bri­ser les vieux car­cans de la vie po­li­tique. Mais pour Se­bas­tian Kurz, le fa­vo­ri des élec­tions lé­gis­la­tives au­tri­chiennes, l’en­jeu n’est pas de « dis­rup­ter » le sys­tème en étant ni de droite ni de gauche. C’est en fai­sant ga­gner le vieux par­ti po­pu­laire (ÖPV) de la droite au­tri­chienne qu’il cherche à mar­quer les es­prits.

De­puis qu’il est ar­ri­vé aux com­mandes du par­ti en mai der­nier, ce der­nier a re­trou­vé une nou­velle jeu­nesse. Pro­fi­tant de la dé­bâcle de l’élec­tion pré­si­den­tielle d’où leur can­di­dat avait été sor­ti dès le pre­mier tour au pro­fit de l’ex­trême droite, il l’a re­pris en main en le po­si­tion­nant ré­so­lu­ment à droite. Clas­sé à l’époque dans les son­dages der­rière le par­ti d’ex­trême droite FPÖ et le par­ti so­cial-dé­mo­crate (SPÖ), il est re­pas­sé au pre­mier rang avec 33 % des in­ten­tions de vote. Il de­vrait être le grand vain­queur du scru­tin de di­manche où des élec­tions lé­gis­la­tives an­ti­ci­pées – d’un an – ont été or­ga­ni­sées après la dé­mis­sion en mai du chan­ce­lier so­cial dé­mo­crate, Ch­ris­tian Kern.

Si Se­bas­tien Kurz et son par­ti ra­jeu­ni et re­ca­dré sont à peu près cer­tains de rem­por­ter la mise di­manche, reste à sa­voir avec qui il va gou­ver­ner. Le scru­tin pour­rait être his­to­rique s’il marque la fin du sys­tème de grande coa­li­tion qui a do­mi­né la vie po­li­tique de­puis 1945 et gou­ver­nait le pays de­puis dix ans. Or cha­cun des deux grands par­tis (ÖVP et SPÖ) a ex­pri­mé son sou­hait de ne pas re­con­duire leur co­opé­ra­tion. Le par­ti so­cial-dé­mo­crate en perte de vi­tesse n’est même pas as­su­ré d’ar­ri­ver en deuxième po­si­tion. Vou­lant sur­fer sur le re­tour de la crois­sance, son lea­der Ch­ris­tian Kern a fait cam­pagne sur l’économie. Les en­tre­prises ont créé se­lon ce der­nier 63.000 nou­veaux em­plois ces douze der­niers mois. Pro-eu­ro­péen, il pro­pose des baisses d’im­pôts et un sa­laire mi­ni­mum de 1.500 eu­ros.

S’al­lier avec le SPÖ

Mais il a eu du mal à faire la syn­thèse d’un par­ti dé­chi­ré par de nom­breuses contra­dic­tions : sur les ré­fu­giés dont le pays a ac­cueilli un grand nombre, sur l’économie, et même sur la co­opé­ra­tion avec l’ex­trême droite. Un scan­dale a en­core ré­duit ses chances en toute fin de cam­pagne avec des ré­vé­la­tions sur le rôle joué par un an­cien consul­tant du par­ti dans une sombre opé­ra­tion de dif­fa­ma­tion de Se­bas­tian Kurz. « Kern n’a plus au­cune chance », a ju­gé le chef d’un des prin­ci­paux ins­ti­tuts de son­dage du pays, Wolf­gang Bach­mayer. Les ana­lyses convergent donc vers une très pro­bable al­liance entre le par­ti conser­va­teur de Se­bas­tian Kurz et l’ex­trême droite de Heinz-Ch­ris­tian Strache. Ce der­nier est cré­di­té de 25 % au moins des suf­frages, soit près de 5 points de plus que lors des der­nières lé­gis­la­tives, en 2013. « Les chances pour le par­ti po­pu­liste de sié­ger au sein du pro­chain gou­ver­ne­ment n’ont sans doute ja­mais été aus­si grandes de­puis plu­sieurs an­nées », note Co­rinne De­loy de la Fon­da­tion Schu­man.

Une telle coa­li­tion mar­que­rait un vi­rage his­to­rique puis­qu’il faut re­mon­ter à 2000 pour re­trou­ver une al­liance entre la droite et l’ex­trême droite. Elle avait dé­clen­ché à l’époque un tol­lé au sein de l’Union eu­ro­péenne. Cette fois, l’at­te­lage n’au­rait rien de for­tuit. Se­bas­tian Kurz, at­ta­ché à la sou­ve­rai­ne­té na­tio­nale, a axé l’es­sen­tiel de sa cam­pagne sur le thème de l’im­mi­gra­tion dont il sou­haite dur­cir la ges­tion. Mi­nistre de l’Eu­rope et des Af­faires étran­gères dans le gou­ver­ne­ment sor­tant, il avait ré­cla­mé au prin­temps l’ar­rêt des né­go­cia­tions d’adhé­sion avec la Tur­quie. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.