As­phyxier Pa­ris

Les Echos - - IDÉES&DÉBATS - Da­vid Bar­roux

Ne dites pas à Anne Hi­dal­go qu’elle est ra­di­cale ! Pour l’ins­tant, la maire de Pa­ris n’en­vi­sage pas d’in­ter­dire la voi­ture. Elle cherche juste à rendre im­pos­sible la vie des au­to­mo­bi­listes. Après avoir contri­bué à trans­for­mer une ville dans la­quelle on rou­lait mal en un gi­gan­tesque em­bou­teillage per­ma­nent, elle veut main­te­nant dé­goû­ter les der­niers ac­cros à l’au­to en leur in­ter­di­sant pro­gres­si­ve­ment de rou­ler. Les « vieux » die­sels n’avaient dé­jà plus le droit de cir­cu­ler dans la ca­pi­tale les jours de se­maine. Tous les die­sels al­laient être in­ter­dits d’ici à 2024. Une nou­velle étape est fran­chie avec l’an­nonce de l’in­ter­dic­tion de toutes les voi­tures à es­sence en 2030. Outre les pro­blèmes quo­ti­diens que po­se­ra cette me­sure (comment fe­ront les Pa­ri­siens qui ont une voi­ture à es­sence pour leurs week-ends ?), on peut se de­man­der si Anne Hi­dal­go ne va pas trop loin et trop vite en ne voyant que le verre à moi­tié plein de la voi­ture élec­trique. La voi­ture élec­trique n’est en ef­fet pas plus « propre » que la fa­çon dont l’élec­tri­ci­té qui la nour­rit est pro­duite. Vou­dra-t-on construire plein de cen­trales nu­cléaires ou de cen­trales à char­bon pour char­ger les bat­te­ries de de­main ? Et quel se­ra le bi­lan éco­lo­gique des ci­me­tières de bat­te­ries que l’on ne sait pas en­core comment re­cy­cler ? En­fin, il ne faut pas ou­blier que la voi­ture élec­trique, même construite en grande série, risque de coû­ter plus cher que la voi­ture es­sence. D’au­tant plus que l’Etat qui sub­ven­tionne cette nou­velle mo­to­ri­sa­tion au­ra du mal à trans­for­mer la voi­ture, qui est une pompe à ren­trées fis­cales, en un poste de coût per­ma­nent pour les fi­nances pu­bliques. Et une voi­ture élec­trique que l’Etat taxe­ra bien un jour risque de coû­ter fort cher, ce qui ré­dui­ra d’au­tant la mo­bi­li­té des Pa­ri­siens. Certes, maire de Pa­ri­siens qui, à 60 %, ne pos­sèdent pas de voi­ture, Anne Hi­dal­go peut se mo­quer de ce dé­tail fi­nan­cier.

Mais, sur un plan éco­no­mique, le coeur pa­ri­sien ne vit que parce que le pou­mon de l’Ile-de-France est à ses cô­tés. Or, de­main, en dé­pit des nou­veaux mé­tros du Grand Pa­ris, les ban­lieu­sards au­ront, eux, en­core be­soin de voi­tures. Un Pa­ris as­phyxié éco­no­mi­que­ment res­pi­re­ra-t-il vrai­ment mieux ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.