Brexit : JP Mor­gan va se ren­for­cer à Pa­ris

Les Echos - - IDÉES&DÉBATS - Anne Drif @Ann­drif

Bru­no Lemaire se l’est vu confir­mer di­rec­te­ment par le pa­tron de la pre­mière banque amé­ri­caine jeu­di après­mi­di à Wa­shing­ton, en marge des as­sem­blées an­nuelles du Fonds mo­né­taire in­ter­na­tio­nal : JP Mor­gan va ac­croître sa pré­sence à Pa­ris.

Le mi­nistre de l’Eco­no­mie ren­con­trait Ja­mie Di­mon pour le convaincre à nou­veau des ef­forts en­tre­pris pour amé­lio­rer l’at­trac­ti­vi­té de la place fi­nan­cière de Pa­ris. En ré­ponse, se­lon une source proche de la firme amé­ri­caine, ce der­nier lui a in­di­qué que dans le cadre de son plan post-Brexit, la firme « de­vrait aug­men­ter ses ef­fec­tifs de 25 % en fonc­tion des ré­sul­tats des né­go­cia­tions et après une pé­riode de tran­si­tion ». D’ici à mai 2019, une soixan­taine de fi­nan­ciers de la banque d’in­ves­tis­se­ment, de­vraient ain­si, sauf in­ci­dent, re­joindre l’hô­tel tri­cen­te­naire de La Fare place Ven­dôme à Pa­ris, qui compte dé­jà 220 ban­quiers d’af­faires, spé­cia­listes des mar­chés et de ges­tion de for­tune.

Une soixan­taine de fi­nan­ciers vien­draient s’ins­tal­ler à Pa­ris.

En Eu­rope, Londres res­te­ra la tête de pont de la banque new-yor­kaise.

Le nou­veau cli­mat qui pré­side de­puis l’élec­tion pré­si­den­tielle a été un fac­teur dé­clen­chant dans le pro­ces­sus de dé­ci­sion de JP Mor­gan. En vi­site à Pa­ris, en juillet, à l’oc­ca­sion du fo­rum Pa­ris Eu­ro­place, Ja­mie Di­mon avait dé­cla­ré aux « Echos » se rendre dans la ca­pi­tale fran­çaise pour « voir si nous pour­rions ren­for­cer notre pré­sence en France ». « Votre pays a fait d’ex­tra­or­di­naires pro­grès, a-t-il ex­pli­qué, le nou­veau pré­sident et son équipe af­fichent la vo­lon­té de ré­for­mer le mar­ché du tra­vail et d’amé­lio­rer les condi­tions des en­tre­prises. L’en­semble des ré­formes pro­po­sées est in­té­res­sant. »

Flexi­bi­li­té

Dans le cadre du plan post-Brexit de la banque, qui compte 16.000 per­sonnes au Royaume-Uni (à Londres, Bour­ne­mouth, Edim­bourg et Glas­gow), Londres res­te­ra sa tête de pont dans la ré­gion. Les villes de Du­blin, Luxem­bourg et Franc­fort, où JP Mor­gan dis­pose dé­jà de li­cences ban­caires – contrai­re­ment à la France, où elle n’est pré­sente qu’au tra­vers d’une suc­cur­sale – pro­fi­te­ront, elles, de « quelques cen­taines de trans­ferts ».

Compte te­nu de la tour­nure très aléa­toire des né­go­cia­tions po­li­tiques au­tour du Brexit, JP Mor­gan veut se mé­na­ger le maxi­mum d’op­tions et le plus de flexi­bi­li­té pos­sible. Bank of Ame­ri­ca, une autre banque amé­ri­caine, au­rait éga­le­ment confir­mé jeu­di son in­ten­tion de se ren­for­cer dans la ca­pi­tale fran­çaise, après Ci­ti­group fin sep­tembre. Se­lon l’agence Bloom­berg, elle au­rait si­gné le bail de lo­ca­tion de 9.300 m 2bu­reaux au 51, rue de La Boé­tie à Pa­ris. L’im­meuble est en me­sure d’hé­ber­ger près de 1.000 per­sonnes, se­lon des sources ci­tées par l’agence. In­ter­ro­gée, la banque amé­ri­caine s’est re­fu­sée à tout com­men­taire. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.