AXA RATIONALISE SON EM­PREINTE GÉO­GRA­PHIQUE

● Au­jourd’hui pré­sent dans 64 pays, l’as­su­reur fran­çais va concen­trer ses ef­forts de dé­ve­lop­pe­ment sur 16 pays. ● La san­té, la prévoyance et l’as­su­rance dom­mage des en­tre­prises sont ses prio­ri­tés.

Les Echos - - LA UNE - Laurent Thé­ve­nin @lau­rent­the­ve­nin

L’as­su­reur pré­sent dans 64 pays va don­ner la prio­ri­té à 16 d’entre eux. Il a lan­cé le pro­ces­sus de co­ta­tion de ses ac­ti­vi­tés amé­ri­caines.

C’est un AXA « new look » qui s’es­quisse. Un peu plus d’un an après son en­trée en fonc­tion comme di­rec­teur gé­né­ral, Tho­mas Bu­berl a an­non­cé mar­di un re­cen­trage mar­qué du groupe dans une op­tique de « sim­pli­fi­ca­tion ». « Nous vou­lons nous concen­trer sur moins de pays, en met­tant l’ac­cent sur la taille et le po­ten­tiel des opé­ra­tions », a-t-il dé­cla­ré lors d’une jour­née pour les in­ves­tis­seurs. « C’est un changement fon­da­men­tal dans la ma­nière dont nous choi­sis­sons nos prio­ri­tés », a-t-il in­sis­té.

Alors qu’il est au­jourd’hui pré­sent dans 64 pays, AXA va dé­sor­mais por­ter ses ef­forts sur une liste de « 10 + 6 ». A com­men­cer par les dix « mo­teurs » qui lui ap­portent plus de 80 % de ses ré­sul­tats : la France, l’Al­le­magne, la Bel­gique, l’Es­pagne, l’Ita­lie, le Royaume-Uni, la Suisse, les Etats-Unis, Hong Kong et le Ja­pon.

En Eu­rope, en par­ti­cu­lier, il s’agit de « re­nouer avec la crois­sance », a mar­te­lé Tho­mas Bu­berl. « AXA France a mon­tré qu’il était pos­sible de croître sur un mar­ché ma­ture. Si la France l’a fait, alors tout le monde peut le faire en Eu­rope », a-t-il ajou­té. Aux Etats-Unis, son deuxième mar­ché, AXA veut aus­si « ac­cé­lé­rer » sa crois­sance, dans le sillage de l’in­tro­duc­tion en Bourse de ses ac­ti­vi­tés lo­cales pré­vue pour le deuxième tri­mestre 2018.

Six pays « à haut po­ten­tiel »

A cô­té, l’as­su­reur va mi­ser sur six pays « à haut po­ten­tiel », mais qui ne pèsent pour l’ins­tant que 3 % des bé­né­fices : le Bré­sil, le Mexique, la Chine, l’In­do­né­sie, les Philippines et la Thaï­lande. Son ob­jec­tif est d’y at­teindre des po­si­tions de lea­der.

C’est sur ces 16 pays qu’AXA va do­ré­na­vant cen­trer sa stra­té­gie d’ac­qui­si­tions. L’as­su­reur fran­çais « met fin à une po­li­tique consis­tant à al­ler plan­ter des dra­peaux » dans le monde, a ré­su­mé Tho­mas Bu­berl. « Vous ne nous ver­rez pas ou­vrir de nou­veaux pays », a-t-il ajou­té.

Il pro­met au contraire d’« op­ti­mi­ser et de ra­tio­na­li­ser » l’em­preinte géo­gra­phique du groupe, ci­blant 26 opé­ra­tions plus pe­tites. « Ce­la ne veut pas dire que ces 26 pays se­ront tous ven­dus », a pré­ci­sé Gé­rald Har­lin, le di­rec­teur fi­nan­cier. AXA va en cé­der cer­tains, tan­dis que d’autres se­ront gé­rés « d’une ma­nière dif­fé­rente » afin d’aug­men­ter leur ren­ta­bi­li­té. Le mou­ve­ment opé­ré par AXA re­joint ce­lui à l’oeuvre chez son concur­rent ita­lien Ge­ne­ra­li, ac­tuel­le­ment oc­cu­pé à vendre un cer­tain nombre de fi­liales dans les pays ju­gés peu at­trac­tifs.

AXA a par ailleurs ré­af­fir­mé qu’il don­nait plus que ja­mais la prio­ri­té à trois seg­ments « pré­fé­rés » : la san­té, la prévoyance et l’as­su­rance dom­mages des en­tre­prises. Ce sont des sec­teurs qui « nous ap­portent la pos­si­bi­li­té d’in­ter­agir plus fré­quem­ment avec nos clients et de leur of­frir da­van­tage de ser­vices in­no­vants », a jus­ti­fié Tho­mas Bu­berl. L’as­su­reur va consa­crer 200 mil­lions d’eu­ros par an à l’in­no­va­tion dans le cadre de son bud­get exis­tant dé­dié aux ac­qui­si­tions. Ces an­nonces et la ré­af­fir­ma­tion des ob­jec­tifs fi­nan­ciers du plan stra­té­gique à ho­ri­zon 2020 n’ont vi­si­ble­ment pas sé­duit les in­ves­tis­seurs. A la clô­ture, le titre AXA était en baisse de 0,88 % à la Bourse de Pa­ris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.