HEC veut ac­croître sa no­to­rié­té au­près des en­tre­prises mon­diales

La pres­ti­gieuse école de ma­na­ge­ment a conclu plu­sieurs al­liances aca­dé­miques pour amé­lio­rer sa pré­sence aux EtatsU­nis, en Asie et en Amé­rique la­tine.

Les Echos - - FRANCE - Ma­rie-Ch­ris­tine Cor­bier @mc­cor­bier

« Il faut être réa­liste, confiait cet été Pe­ter Todd : HEC Pa­ris n’est pas connu des en­tre­prises amé­ri­caines. Lorsque je passe à New York, je dois ex­pli­quer ce qu’est HEC... » Pour ac­croître sa no­to­rié­té, le di­rec­teur gé­né­ral de la pres­ti­gieuse école de ma­na­ge­ment vient de lan­cer un por­te­feuille de doubles di­plômes de mas­ter, en par­te­na­riat avec des ins­ti­tu­tions aca­dé­miques de re­nom­mée in­ter­na­tio­nale, qu’il a pré­sen­té mar­di. Le pre­mier d’entre eux a été construit avec Yale School of Ma­na­ge­ment, amé­ri­cain et mon­dia­le­ment connu. « Dans n’im­porte quelle bu­si­ness school dans le monde, HEC Pa­ris a une vraie ré­pu­ta­tion, ob­serve Pe­ter Todd. Le défi, c’est de faire ce­la avec les en­tre­prises et d’avoir, à l’in­ter­na­tio­nal, la même ré­pu­ta­tion que celle que nous avons avec les en­tre­prises du CAC 40. »

Le « par­te­na­riat pri­vi­lé­gié » avec Yale per­met­tra à des élèves de faire leur pre­mière an­née de mas­ter à HEC Pa­ris, qui par­ti­ront en­suite pour une deuxième an­née à Yale. Les deux écoles vont re­cru­ter en­semble des étu­diants in­ter­na­tio­naux – c’est « la » nou­veau­té de ce double di­plôme. En sep­tembre 2018, les pre­miers étu­diants concer­nés par­ti­ront pour Yale. Cer­tains élèves de classe pré­pa­ra­toire y ac­cé­de­ront aus­si, après leurs deux an­nées en France. Le pro­gramme, bap­ti­sé « M2M », dé­bou­che­ra sur deux masters. Les ser­vices car­rières et l’ac­cès au ré­seau des an­ciens des deux écoles leur se­ront ou­verts. Le double di­plôme doit concer­ner une cin­quan­taine d’élèves. Le par­te­na­riat ne se li­mite pas à l’Amé­rique du Nord : il prend la forme d’un consor­tium avec deux autres ins­ti­tu­tions pres­ti­gieuses : en Asie, avec Hong Kong Uni­ver­si­ty of Science and Tech­no­lo­gy Bu­si­ness School (HKUST), et au Bré­sil, avec FGV Es­co­la de Ad­mi­nis­tra­ção de Em­pre­sas de São Pau­lo. Pour ces deux al­liances, tout commence aus­si cette an­née. Le par­te­na­riat avec HKUST se­ra lan­cé le 1er dé­cembre.

Pas de cam­pus à l’étran­ger

HEC Pa­ris pri­vi­lé­gie les al­liances, plu­tôt que de créer des cam­pus à l’étran­ger « dif­fi­ciles à ren­ta­bi­li­ser », se­lon Pe­ter Todd. L’école cherche aus­si des lo­caux dans Pa­ris (7.000 m2) pour ac­cueillir au mieux les étu­diants in­ter­na­tio­naux. Cette stra­té­gie d’al­liances est à re­pla­cer dans le contexte ac­tuel de la baisse an­non­cée de la sub­ven­tion de la Chambre de com­merce et d’in­dus­trie de Pa­ris - Ile-de-France : elle pas­se­ra de 10 à 9 mil­lions d’eu­ros l’an pro­chain sur un bud­get pré­vi­sion­nel de 150 mil­lions. Les doubles di­plômes sont conçus pour ac­cueillir jus­qu’à 300 étu­diants glo­ba­le­ment. Pour les étu­diants in­ter­na­tio­naux ad­mis, les droits d’ins­crip­tion an­nuels à HEC Pa­ris se­ront de 24.500 eu­ros, bien plus éle­vés que les 15.000 eu­ros ac­tuels pour les autres élèves. Cet « ef­fet fi­nan­cier », pour re­prendre l’ex­pres­sion de Pe­ter Todd, est pour lui un atout non né­gli­geable, no­tam­ment en cette pé­riode où, en cou­lisse, cer­tains évoquent les re­la­tions très tendues entre le di­rec­teur gé­né­ral et la CCI. « Tout va bien avec la Chambre », as­sure Pe­ter Todd.

Dans un en­tre­tien à l’agence spé­cia­li­sée News Tank, le pré­sident de la CCI Pa­ris-Ile-de-France, Di­dier Kling, in­dique, de son cô­té : « Son man­dat est à mi-parcours. HEC est tou­jours lea­der en France et à l’in­ter­na­tio­nal et la Chambre conti­nue d’être à ses cô­tés pour ac­cé­lé­rer le dé­ve­lop­pe­ment de son école. » ■

Photo Ni­co­las Ta­ver­nier/RÉA

HEC Pa­ris lance trois nou­veaux doubles di­plômes pour rayon­ner da­van­tage à l’in­ter­na­tio­nal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.