Il faut fa­vo­ri­ser les al­liances entre grandes et pe­tites en­tre­prises

Les Echos - - IDÉES & DÉBATS - De Gon­zague de Bli­gnières, Cla­ra Gay­mard et Oli­vier Mar­chal Gon­zague de Bli­gnières et Cla­ra Gay­mard sont les co­fon­da­teurs de Raise. Oli­vier Mar­chal est chair­man de Bain & Com­pa­ny.

La crois­sance et le dy­na­misme que les jeunes en­tre­prises re­pré­sentent en France est consi­dé­rable : 330.000 en­tre­prises ont été créées en moyenne par an sur les cinq der­nières an­nées. Hé­las, la moi­tié d’entre elles conti­nuent de dis­pa­raître au cours de leurs cinq pre­mières an­nées de vie. Pour­tant, l’alliance d’un Da­vid, ac­teur de pe­tite taille en­core vul­né­rable, avec un Go­liath, à la sta­ture in­ter­na­tio­nale, per­met sou­vent aux jeunes en­tre­prises d’évi­ter les écueils in­hé­rents et par­fois fa­tals du pas­sage de la start-up à l’en­tre­prise pé­renne.

Ce­pen­dant, tout n’est pas si simple. Notre pre­mier état des lieux des al­liances entre jeunes et grandes en­tre­prises a mon­tré en 2016 que les op­por­tu­ni­tés et les vo­lon­tés de tra­vailler en­semble res­taient sou­vent frei­nées par de nom­breuses in­com­pré­hen­sions mu­tuelles. Mais l’en­vie de les dé­pas­ser s’af­fir­mait plus for­te­ment en­core. Nos échanges avec de nom­breux di­ri­geants de grandes en­tre­prises, en­tre­pre­neurs, ac­teurs de l’éco­sys­tème nous ont alors per­mis d’émettre plus de quatre-vingts re­com­man­da­tions pour per­mettre à cha­cun de le­ver les obs­tacles et de ti­rer tous les bé­né­fices éco­no­miques et hu­mains de telles col­la­bo­ra­tions.

Deux ans plus tard, l’en­vi­ron­ne­ment gé­né­ral de la France est in­con­tes­ta­ble­ment por­teur. L’en­tre­pre­neu­riat et l’in­no­va­tion sont en­cou­ra­gés. Des me­sures in­ci­ta­tives ef­fi­caces sont à l’oeuvre. Dans ce contexte fa­vo­rable, les pre­miers ré­sul­tats de l’étude « Da­vid avec Go­liath 2017 » me­née par Bain & Com­pa­ny et Raise confirment une dynamique très po­si­tive dans les re­la­tions entre start-up et grandes en­tre­prises. Plus de la moi­tié des en­tre­prises du CAC 40 dis­posent d’un « cor­po­rate ven­tures » ou ont in­ves­ti dans un fonds « ven­tures » avec d’autres grands groupes. Et si l’écart avec les Etats-Unis reste im­por­tant, la France fait au­jourd’hui mieux que l’Al­le­magne et le Royau­meU­ni en ma­tière de pour­cen­tage d’en­tre­prises hé­ber­geant un in­cu­ba­teur, un ac­cé­lé­ra­teur ou un lab.

La France fait mieux que l’Al­le­magne et le Royaume-Uni en ma­tière de pour­cen­tage d’en­tre­prises hé­ber­geant un in­cu­ba­teur, un ac­cé­lé­ra­teur ou un lab.

De fa­çon gé­né­rale, les re­la­tions ont ga­gné en ma­tu­ri­té : 53 % des jeunes pousses es­timent que les grandes en­tre­prises sont mieux pré­pa­rées et for­mulent plus clai­re­ment la place que tiennent ces col­la­bo­ra­tions dans leur stra­té­gie. Ce­pen­dant, le ni­veau d’exi­gence des Da­vid, au­jourd’hui plus aver­tis, monte éga­le­ment d’un cran. Ils montrent da­van­tage de signes d’im­pa­tience et sou­haitent plus for­te­ment que les grandes en­tre­prises par­te­naires soient plus agiles, plus ac­ces­sibles et plus ra­pides dans leur dé­ci­sion.

Pour mon­trer la voie et ré­com­pen­ser ceux qui construisent les éco­sys­tèmes les plus ver­tueux, un prix de la plus belle alliance Da­vid avec Go­liath se­ra, pour la pre­mière fois, re­mis le 15 no­vembre, en pré­sence du mi­nistre de l’Eco­no­mie, Bru­no Le Maire. C’est un pas sup­plé­men­taire pour faire évo­luer les es­prits et en­cou­ra­ger le par­tage des meilleures pra­tiques, deux condi­tions in­dis­pen­sables pour al­ler plus loin et plus vite.

Al­ler plus loin et plus vite, c’est s’ins­pi­rer des autres pour amé­lio­rer son fonc­tion­ne­ment, créer de puis­santes sy­ner­gies, ti­rer le meilleur pro­fit à chaque étape de la re­la­tion : la pre­mière prise de contact, l’ac­cé­lé­ra­tion cor­po­rate, le « Proof of Concept », le pas­sage à l’échelle in­dus­trielle, la contrac­tua­li­sa­tion d’un par­te­na­riat, l’in­ves­tis­se­ment mi­no­ri­taire, la prise de contrôle ou ces­sion…

L’agi­li­té, le gé­nie créa­tif, la mul­ti­pli­ca­tion des idées et des nou­velles so­lu­tions as­so­ciées à la force de frappe des grandes en­tre­prises fran­çaises sont un atout es­sen­tiel pour le dy­na­misme et la vi­ta­li­té de notre éco­no­mie. Tout ce qui peut être ac­com­pli pour rendre cette as­so­cia­tion des pe­tits et des grands plus fluide, plus per­for­mante et plus confiante ren­dra notre éco­no­mie plus so­lide, plus gé­né­reuse et plus hu­maine.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.