M6 et Ca­nal rem­portent les droits du foot fé­mi­nin

Les Echos - - ENTREPRISES & MARCHÉS - Ma­ri­na Al­ca­raz @ma­ri­na_al­ca­raz

A l’is­sue d’un match ser­ré, ce sont les groupes M6 et Ca­nal qui ont rem­por­té les droits de dif­fu­sion de pro­chaines grosses com­pé­ti­tions de foot fé­mi­nin. M6 au­ra l’équipe de France fé­mi­nine pour cinq ans, pour les matchs de préparation de l’équipe de France à la Coupe du monde 2019, les matchs in­ter­na­tio­naux et de qua­li­fi­ca­tion pour l’Eu­ro 2021 et la Coupe du monde 2023. Le groupe Ca­nal ob­tient, lui, les droits de la D1 de 2018 à 2023 et les équipes de France es­poirs.

Les vain­queurs de cet ap­pel d’offres ont dû ac­cep­ter de faire de gros chèques, alors que le foot fé­mi­nin ai­guise de plus en plus l’ap­pé­tit des chaînes de té­lé­vi­sion. Se­lon nos in­for­ma­tions, la Fé­dé­ra­tion fran­çaise de foot­ball (FFF) doit tou­cher en­vi­ron 5,4 mil­lions d’eu­ros par sai­son, pour l’en­semble de ces com­pé­ti­tions, soit un tri­ple­ment par rap­port à au­jourd’hui. La D1 de­vrait être au­tour du mil­lion d’eu­ros, se­lon Vincent Chau­del, ex­pert sport chez Wa­ves­tone, tan­dis que l’équipe de France fé­mi­nine, pro­duit star de cet ap­pel d’offres, se chiffre à plu­sieurs mil­lions. Jus­qu’à pré­sent, l’équipe de France était dans les mains de C8 et de CS­tar (groupe Ca­nal) et la D1 était chez France Té­lé­vi­sions et Eu­ro­sport. L’ap­pel d’offres se ter­mi­nait en fin de se­maine der­nière.

Les chaînes ont ac­cep­té de payer le prix fort, car les filles du foot font de plus en plus d’au­dience.

Signe d’une pe­tite ré­vo­lu­tion, France 2 a re­trans­mis avant l’été la fi­nale de la Ligue des cham­pions fé­mi­nine dans la case sa­crée du prime time.

Tou­jours se­lon nos in­for­ma­tions, BeIN Sports, SFR Sport – au moins – étaient can­di­dats, aux cô­tés de Ca­nal et de M6. En re­vanche, France Té­lé­vi­sions n’au­rait vrai­sem­bla­ble­ment pas été dans la ba­garre, alors que le groupe au­dio­vi­suel cherche à faire des éco­no­mies, no­tam­ment dans le sport.

TF1, de son cô­té, avait ac­quis l’in­té­gra­li­té des droits de la Coupe du monde fé­mi­nine qui se dé­rou­le­ra en France en 2019, pour en­vi­ron 10 mil­lions d’eu­ros. Les chaînes ont ac­cep­té de payer le prix fort, car les filles du foot font de plus en plus d’au­dience. Signe d’une pe­tite ré­vo­lu­tion, France 2 a par exemple re­trans­mis avant l’été la fi­nale de la Ligue des cham­pions fé­mi­nine dans la case sa­crée du prime time. Et cet été, les matchs de l’équipe de France de l’Eu­ro avaient at­ti­ré en moyenne plus de 3 mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs.

W9, pe­tite chaîne du groupe M6 qui de­vrait ac­cueillir quelques-unes des com­pé­ti­tions fu­tures, doit son re­cord his­to­rique à du foot fé­mi­nin : plus de 4 mil­lions d’afi­cio­na­dos pour le quart de fi­nale de la Coupe du monde fé­mi­nine de 2015. Grâce aux droits spor­tifs et à l’in­té­rêt des spec­ta­teurs qui se rendent au stade, l’équipe de France fé­mi­nine est ain­si de­ve­nue ren­table. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.