La FNSEA s’en­gage à trouver des so­lu­tions plus éco­lo­giques.

● Le syn­di­cat tra­vaille sur un « contrat de so­lu­tions » moins agres­sives. ● Mais il ré­clame quelques an­nées de pa­tience.

Les Echos - - ENTREPRISES & MARCHÉS - Ma­rie-Jo­sée Cou­gard @Cou­gardMa­rie

Sur la ques­tion des pes­ti­cides, le monde agri­cole en­tend être une force de pro­po­si­tion. « Nous vou­lons chan­ger de parcours et ré­pondre aux at­tentes de l’opi­nion pu­blique », a ex­pli­qué mar­di Ch­ris­tiane Lam­bert, la pré­si­dente de la Fé­dé­ra­tion na­tio­nale des syn­di­cats d’ex­ploi­tants agri­coles (FNSEA).

La pres­sion des consom­ma­teurs est là. Ils sont 44 % à ache­ter des pro­duits res­pec­tueux de l’en­vi­ron­ne­ment « parce qu’ils sont meilleurs pour la san­té », a ex­pli­qué Eric Thi­rouin, le pré­sident de la com­mis­sion en­vi­ron­ne­ment de la FNSEA. Le syn­di­cat tra­vaille avec 30 or­ga­ni­sa­tions (in­ter­pro­fes­sions, ins­ti­tuts de re­cherche...) sur un « contrat de so­lu­tions » moins agres­sives. Il est d’ac­cord pour ré­duire l’uti­li­sa­tion des pes­ti­cides en ayant re­cours à des tech­niques plus douces pour l’en­vi­ron­ne­ment. Mais « le zé­ro pes­ti­cide n’existe pas. Nous avons be­soin de com­bi­ner di­verses tech­niques », a pré­ve­nu Ch­ris­tiane Lam­bert.

Des mé­thodes sont en cours d’ex­pé­ri­men­ta­tion. Il faut être pa­tient et évi­ter la ten­ta­tion de l’in­ter­dic­tion, qui pour­rait conduire à réuti­li­ser des pro­duits dé­lais­sés et plus no­cifs, alerte Eric Thi­rouin. En clair, il fau­dra cinq ans pour mettre en oeuvre de vraies al­ter­na­tives. Par­mi celles-ci, la re­cherche va­rié­tale, la ro­bo­tique (pour évi­ter le bi­nage), le bio­con­trôle, l’agri­cul­ture de pré­ci­sion, l’agro­no­mie…

Des écueils à évi­ter

La po­lé­mique au­tour du gly­pho­sate (plus connu sous le nom de « Roun­dup ») est re­pré­sen­ta­tive des écueils à évi­ter aux yeux du monde agri­cole. « C’est l’exemple même de ce qu’il ne faut pas faire. Nous em­me­ner dans le mur sans so­lu­tion », juge Eric Thi­rouin.

Le contrat de so­lu­tions pré­sen­té par la FNSEA n’en est qu’au stade du cadre gé­né­ral. Une mou­ture plus fine as­sor­tie d’un ca­len­drier sui­vra d’ici trois mois. « Nous ne par­tons pas de rien. En vingt ans, les mo­lé­cules les plus dan­ge­reuses ont été ré­duites de 74 % en Eu­rope. En France, les quan­ti­tés de pes­ti­cides ont chu­té de moi­tié, à 62.000 tonnes », a ex­pli­qué le syn­di­cat. ■

Phi­lippe Hu­guen/AFP

En vingt ans, les mo­lé­cules les plus dan­ge­reuses ont été ré­duites de 74 % en Eu­rope. En France, les quan­ti­tés de pes­ti­cides ont chu­té de moi­tié, à 62.000 tonnes, se­lon la FNSEA.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.