CO­RÉE DU NORD : CHUTE DE L’AIDE HU­MA­NI­TAIRE

● L’ONU s’in­quiète de la baisse de ses res­sources pour fi­nan­cer les pro­grammes ali­men­taires et sa­ni­taires au Nord. ● Les ana­lystes ne per­çoivent pas en­core de désor­ga­ni­sa­tion de la vie éco­no­mique dans les villes.

Les Echos - - LA UNE - Yann Rous­seau @yann­san — Cor­res­pon­dant à To­kyo

L’ONU s’in­quiète de la baisse des res­sources pour fi­nan­cer les pro­grammes ali­men­taires et sa­ni­taires au Nord. L’in­sé­cu­ri­té ali­men­taire a été sé­vère en 2017.

En 2017, les Na­tions unies avaient es­ti­mé que les pro­grammes d’aide hu­ma­ni­taire à la Co­rée du Nord al­laient né­ces­si­ter une en­ve­loppe de 114 mil­lions de dol­lars. Mais au terme d’une an­née de vives ten­sions dans la pé­nin­sule et de « pro­vo­ca­tions » de Pyon­gyang, l’ONU n’a fi­na­le­ment réus­si à col­lec­ter que 31 mil­lions de dol­lars, soit à peine 27 % des sommes né­ces­saires aux pro­grammes de sé­cu­ri­té ali­men­taire, de san­té ou en­core d’ac­cès à l’eau dé­ployés dans le pays er­mite. « L’en­vi­ron­ne­ment géo­po­li­tique fait que la si­tua­tion de la po­pu­la­tion dans le pays a été ou­bliée ou né­gli­gée par le reste de la pla­nète », vient de s’alar­mer Ta­pan Mish­ra, le co­or­di­na­teur de l’ONU en Co­rée du Nord, dans un rap­port pré­sen­tant les be­soins de la Co­rée du Nord.

Le di­plo­mate, qui es­père col­lec­ter cette an­née 111 mil­lions de dol­lars pour le pays, ex­plique que les pro­grammes d’aide qui sont conduits par des agences de l’ONU ou des ONG, telles que les as­so­cia­tions fran­çaises Tri­angle Gé­né­ra­tion hu­ma­ni­taire ou Pre­mière Ur­gence in­ter­na­tio­nale, souffrent des ré­ti­cences des do­na­teurs, des banques ou des dis­tri­bu­teurs d’équi­pe­ments. En ai­dant le Nord, ils craignent de se re­trou­ver ac­cu­sés de vio­ler les sanc­tions mises en place contre les pro­grammes nu­cléaire et ba­lis­tique de Pyon­gyang. « Ces sanc­tions n’ont pour­tant pas pour ob­jet de res­treindre les ac­tions hu­ma­ni­taires ou d’avoir des consé­quences né­fastes sur la po­pu­la­tion ci­vile », rap­pelle Ta­pan Mish­ra. Du fait de l’ob­so­les­cence du sys­tème éco­no­mique nord-co­réen éta­ti­sé et du re­cul de l’aide in­ter­na­tio­nale, plus de 10 mil­lions d’ha­bi­tants, soit 40 % de la po­pu­la­tion, se re­trouvent, se­lon l’ONU, « en be­soin d’as­sis­tance hu­ma­ni­taire ».

Une in­sé­cu­ri­té ali­men­taire par­ti­cu­liè­re­ment sé­vère

L’in­sé­cu­ri­té ali­men­taire est par­ti­cu­liè­re­ment sé­vère après une an­née 2017 mar­quée par une sé­quence de sé­che­resse et un re­cul des pro­duc­tions agri­coles, gé­rées par 3.900 co­opé­ra­tives et 100 fermes d’Etat spé­cia­li­sées dans l’éle­vage. L’an der­nier, les ré­coltes du pays n’ont at­teint que 5,45 mil­lions de tonnes d’équi­valent cé­réales, ce qui re­pré­sente un re­cul de 7 % sur un an. Les mil­lions de ru­raux qui comptent es­sen­tiel­le­ment, pour sur­vivre, sur le sys­tème de dis­tri­bu­tion pu­blique (DPS) de riz, maïs, blé ou en­core huile re­çoivent dès lors, chaque mois, des ra­tions bien in­fé­rieures aux vo­lumes pro­mis par le ré­gime. Pour les ana­lystes, cette baisse de l’aide hu­ma­ni­taire ac­cor­dée par des pays do­na­teurs in­quiets est d’au­tant plus alar­mante que les sanc­tions mises en place par la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale ne semblent, elles, pas avoir en­core pro­fon­dé­ment bou­le­ver­sé l’ac­ti­vi­té dans le pays. Pour l’ins­tant, les ex­por­ta­teurs nord-co­réens qui ex­pé­diaient en Chine leurs pro­duits tex­tiles, leur char­bon ou leurs fruits de mer ont été le plus lour­de­ment tou­chés par le gel des échanges avec leur grand voi­sin. Un rap­port du think tank sud-co­réen Ko­rea De­ve­lop­ment Ins­ti­tute es­time que les ex­por­ta­tions nord-co­réennes ont re­cu­lé, en glis­se­ment an­nuel, de 37 % en 2017 et pour­raient plon­ger plus bru­ta­le­ment cette an­née si Pé­kin ne rouvre pas ses douanes.

Des prix en­core stables

Tou­te­fois, cette baisse d’ac­ti­vi­té n’au­rait pas en­core désor­ga­ni­sé l’éco­no­mie du pays er­mite, dont le PIB était se­lon la banque cen­trale sud-co­réenne (BOK) es­ti­mé à 32 mil­liards de dol­lars en 2016 et au­rait lé­gè­re­ment re­cu­lé l’an der­nier. Les ana­lystes n’ont, pour l’ins­tant, pas no­té de cham­bou­le­ment des prix des prin­ci­pales mar­chan­dises dans les grandes villes nord-co­réennes où ils par­viennent à ré­cu­pé­rer des don­nées.

Le mé­dia Dai­ly NK es­time ain­si que le prix du ki­lo de riz s’est main­te­nu, mal­gré le dur­cis­se­ment des sanc­tions, aux alen­tours des 4.000 ou 5.000 wons nord-co­réens. De même, le taux de change of­fi­cieux du dol­lar reste stable alors même que la chute des ex­por­ta­tions au­rait dû do­per la va­leur des de­vises étran­gères en ré­dui­sant les vo­lumes en­trant dans le pays. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.