An­ge­la Huth, maître de bal­let

Les Echos - - IDÉES & DÉ­BATS - Fré­dé­rique Hum­blot fhum­blot@le­se­chos.fr

« Valse hé­si­ta­tion » : le titre fran­çais du der­nier ro­man d’An­ge­la Huth ne pou­vait mieux conve­nir à ce ré­cit lent, mé­lan­co­lique, où trois hommes tournent dans la vie et l’es­prit de Clare, jeune femme in­dé­cise et sans grande es­time d’elle-même. Deux sé­pa­ra­tions ouvrent le ro­man : l’une est dé­fi­ni­tive, avec la mort de Ri­chard Storm, le pre­mier ma­ri de Clare, à l’en­ter­re­ment du­quel elle se rend. L’autre est tem­po­raire, la jeune femme ayant de­man­dé une sé­pa­ra­tion de six mois à Jo­na­than, son deuxième ma­ri, dont elle ne sup­por­tait plus la pré­sence constante et at­ten­tion­née. Quant au troi­sième homme, Jo­shua, il entre dans la danse de ma­nière for­tuite au cours d’une soi­rée où Clare a été en­traî­née par un ami de son ma­ri.

Trois hommes, trois par­ti­tions. Ri­chard, un ma­rin por­tant beau, de vingt ans l’aî­né de Clare, se veut son ini­tia­teur, mais fi­nit par l’aban­don­ner pour une Es­pa­gnole plus mûre et plus épa­nouie. Jo­na­than, l’écri­vain ra­té, l’en­toure et l’étouffe de ses at­ten­tions et de ses prin­cipes. Jo­shua, à la vie pro­fes­sion­nelle in­tense, un vrai cou­rant d’air, im­pré­vi­sible, fan­tai­siste, sé­duit im­mé­dia­te­ment la jeune femme. Trois hommes, trois rôles : elle est la « Pe­tite » de Ri­chard, « Suki Soo » pour Jo­na­than, « Drôle de Fri­mousse » pour Jo­shua. Mais, elle, qui est-elle en dé­fi­ni­tive ? On peine à en dis­tin­guer la sub­stance, tant elle semble un jouet aux mains des autres. Peu su­jette aux grandes pas­sions, elle s’ac­com­mode bon an mal an de tout, de la gou­ja­te­rie de ses par­te­naires, de leur du­pli­ci­té ou de leur lâ­che­té. Et tou­jours un sen­ti­ment d’in­sa­tis­fac­tion, une plé­ni­tude inat­tei­gnable.

Vieille dame exu­bé­rante

Ren­con­trée sur un banc pu­blic le jour de l’en­ter­re­ment de Ri­chard, Mrs Fox fait un heu­reux contre­point à la gri­saille de Clare. Vieille dame exu­bé­rante, pleine d’en­thou­siasme et de mu­sique, celle-ci semble au­tant goû­ter la vie que Clare peine à s’y in­té­res­ser. Ra­pi­de­ment adop­tée par Jo­shua, elle est tou­jours par­tante pour une vi­rée dans sa voi­ture vrom­bis­sante. Scène après scène, An­ge­la Huth par­court ces six mois de la vie de Clare au terme des­quels elle de­vra prendre la dé­ci­sion de quit­ter Jo­na­than ou de lui re­ve­nir. D’une écri­ture pré­cise jus­qu’à la froi­deur, elle aus­culte ses per­son­nages sans at­ten­dris­se­ment. Même leur en­vi­ron­ne­ment pa­raît in­ac­cueillant comme « ce jo­li coin de ver­dure », un « ru­ban d’herbe des­sé­chée le long de l’al­lée » ou « les prés ma­ré­ca­geux en­fu­més de brume et vis­queux sous les pieds » du Nor­folk. Quand la « Valse hé­si­ta­tion » s’achève, le ri­deau tombe sur une boucle par­fai­te­ment bou­clée, mais… nous n’en di­rons pas plus. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.