Opel : le bras de fer s’in­ten­si­fie entre PSA et IG Me­tall

Les Echos - - ENTREPRISES & MARCHÉS - Ju­lien Du­pont-Cal­bo @jdu­pont­cal­bo

Outre-Rhin, les né­go­cia­tions entre PSA et IG Me­tall tournent au vi­naigre. Le cons­truc­teur pen­sait pou­voir né­go­cier avec le syn­di­cat une dé­ro­ga­tion à l’ac­cord de branche obli­geant à aug­men­ter les sa­laires chez Opel de 4,3 % cette an­née. Mais le puis­sant syn­di­cat ne l’en­tend pas de cette oreille – du moins pour l’ins­tant. En l’état, PSA va de­voir ap­pli­quer l’ac­cord de branche. « IG Me­tall est dog­ma­tique, peste une source in­terne. Ils mettent en dan­ger les sa­la­riés en de­man­dant à PSA d’épon­ger les pertes, comme du temps de Ge­ne­ral Mo­tors. »

Face à cette si­tua­tion, le cons­truc­teur fran­çais a dé­ci­dé, en guise de me­sure de ré­tor­sion, de ge­ler son pro­jet d’in­ves­tis­se­ment à Ei­se­nach (Thu­ringe), où une voi­ture élec­tri­fiée de­vait être as­sem­blée à par­tir de 2019. « Le plan d’in­ves­tis­se­ment pré­vu ne peut être mis en oeuvre du fait du blo­cage du syn­di­cat IG Me­tall pour l’at­teinte de condi­tions de per­for­mance qui per­met­traient d’as­su­rer l’ave­nir du site à long terme », af­firme-t-on chez PSA.

En Es­pagne, au Royaume-Uni et en Eu­rope de l’Est, les dis­cus­sions avaient abou­ti et les sites avaient ob­te­nu de nou­veaux pro­jets, en échange d’as­sou­plis­se­ments des ho­raires de tra­vail et par­fois de mo­dé­ra­tion sa­la­riale. En Al­le­magne, IG Me­tall ne semble ma­ni­fes­te­ment pas prêt à faire de tels ef­forts. « Les né­go­cia­tions conti­nuent avec IG Me­tall pour que les condi­tions de per­for­mance soient en­fin réunies, comme ce­la a dé­jà été réa­li­sé avec les syn­di­cats dans les autres pays d’Eu­rope, avec des sites in­dus­triels qui sont do­ré­na­vant concen­trés sur leurs plans d’ac­tion », pré­cise la di­rec­tion de PSA.

Plan de dé­parts vo­lon­taires

Fin mars, Opel avait an­non­cé l’ou­ver­ture d’un plan de dé­parts vo­lon­taires concer­nant tous les mé­tiers et tous les sites en Al­le­magne, chaque sa­la­rié pou­vant tou­cher au maxi­mum 275.000 eu­ros. Se­lon nos in­for­ma­tions, la di­rec­tion pro­po­se­rait des condi­tions per­met­tant d’ob­te­nir des dé­parts le plus vite pos­sible : mi­ni­mum 20.000 eu­ros ou quatre mois de sa­laires bruts pour ceux qui prennent le plan dans les deux pre­miers mois de son ou­ver­ture. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.