L’au­to­mo­bile bri­tan­nique fra­gi­li­sée

In­cer­ti­tudes sur le Brexit, dia­bo­li­sa­tion du die­sel : les im­ma­tri­cu­la­tions ont es­suyé leur dou­zième mois de baisse d’af­fi­lée.

Les Echos - - INDUSTRIE & SERVICES - Alexandre Cou­nis @alexan­dre­cou­nis — Cor­res­pon­dant à Londres

Qu’il semble loin le temps où l’au­to­mo­bile bri­tan­nique en­re­gis­trait, en mars 2017, un re­cord d’im­ma­tri­cu­la­tions avant l’en­trée en vi­gueur d’une nou­velle taxe sur les voi­tures ! Le deuxième mar­ché eu­ro­péen a en­suite vu ses ventes som­brer dans le rouge. Les im­ma­tri­cu­la­tions ont si­gné en mars leur dou­zième mois de baisse d’af­fi­lée. Et les pré­vi­sions ne sont guère op­ti­mistes, tant les in­cer­ti­tudes qui pèsent sur l’ac­ti­vi­té restent nom­breuses. Les im­ma­tri­cu­la­tions ont chu­té de 15,7 % en mars, à 474.000 vé­hi­cules, se­lon les chiffres pu­bliés il y a quelques jours par la So­cie­ty of Mo­tor Ma­nu­fac­tu­rers and Tra­ders, le lob­by qui dé­fend les in­té­rêts des construc­teurs. Ce qui porte la baisse à 12,4 % sur le tri­mestre écou­lé par rap­port à la même pé­riode de 2017, même si près de 720.000 vé­hi­cules ont pris leur place dans le tra­fic outre-Manche de­puis le dé­but de l’an­née.

Après avoir bou­clé 2017 sur une baisse de 5,7 %, à 2,54 mil­lions de vé­hi­cules neufs ven­dus, le sec­teur s’at­tend à une an­née 2018 du même ordre (– 5,6 %), avant un exer­cice 2019 où le re­cul dev­rait se ré­duire mais per­sis­ter (2,1 %). « Deux rai­sons ex­pliquent le re­cul des im­ma­tri­cu­la­tions, ex­plique Ed­mund King, pré­sident de l’Au­to­mo­bile As­so­cia­tion. Les in­cer­ti­tudes liées au Brexit, d’abord : les consom­ma­teurs s’in­ter­rogent sur les risques pour leur en­tre­prise, voire leur em­ploi, et re­mettent à plus tard leur pro­jet d’achat. La confu­sion qui règne sur le die­sel, en­suite : de­vant les of­fen­sives me­nées à son en­contre par le gou­ver­ne­ment et les au­to­ri­tés lo­cales, les ache­teurs hé­sitent à se lan­cer. » Pour lui, les prix sont en­core trop éle­vés, le choix de mo­dèles trop res­treint et le nombre de bornes de re­char­ge­ment trop li­mi­té pour que l’hy­bride et l’élec­trique prennent le re­lais.

Les ventes de voi­tures die­sel dé­vissent

Les ventes de vé­hi­cules die­sel, en par­ti­cu­lier, ne fi­nissent pas de dé­vis­ser. Elles ont en­core re­cu­lé de 32,4 % en mars, soit une baisse d’un tiers de­puis dé­but 2018. Nou­velle taxe à Londres sur la toxi­ci­té des vé­hi­cules pol­luants, alour­dis­se­ment au ni­veau na­tio­nal de la fis­ca­li­té sur les achats de voi­tures die­sel et ma­jo­ra­tion des ta­rifs de sta­tion­ne­ment pu­blic dans le quar­tier lon­do­nien d’Is­ling­ton… Voi­là plu­sieurs mois que les fronts se mul­ti­plient. Ré­sul­tat : le poids du die­sel dans les im­ma­tri­cu­la­tions est tom­bé à 33,5 % sur les trois mois écou­lés, contre 44 % sur la même pé­riode l’an der­nier.

En at­ten­dant que l’ho­ri­zon se dé­gage, les construc­teurs font le dos rond et ré­duisent la voi­lure sur les in­ves­tis­se­ments. Ceux-ci ont fon­du d’un tiers l’an der­nier, à 1,1 mil­liard de livres, contre 1,66 mil­liard en 2016. Or, ils avaient dé­jà re­cu­lé de plus d’un tiers en 2016… Seul PSA s’est ren­for­cé en an­non­çant, dé­but avril, un in­ves­tis­se­ment de 100 mil­lions de livres pour ac­croître les ca­pa­ci­tés de pro­duc­tion de son usine de Lu­ton (Bed­ford­shire), qui fa­brique des uti­li­taires pour sa marque Opel/Vaux­hall. Autre bonne nou­velle : Toyo­ta va as­sem­bler sa nou­velle Au­ris dans son usine bri­tan­nique de Bur­nas­ton.

Les in­cer­ti­tudes liées au Brexit ont au moins un avan­tage : la baisse de la livre qu’elles ont pro­vo­quée a boos­té les ex­por­ta­tions de voi­tures l’an der­nier. C’est ce qui a per­mis de li­mi­ter la baisse de la pro­duc­tion au­to­mo­bile à 3 % en 2017. Près de 80 % du 1,67 mil­lion de vé­hi­cules as­sem­blés au Royaume-Uni ont été ven­dus à l’étran­ger. De quoi com­pen­ser, en par­tie, la chute de la de­mande do­mes­tique (près de 10 % l’an der­nier). A condi­tion que le Brexit ne conduise pas à éri­ger de nou­velles bar­rières doua­nières… ■

Les im­ma­tri­cu­la­tions ont chu­té de 15,7 % le mois der­nier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.