Pri­maires de la gauche : mode d’em­ploi

Les pri­maires ci­toyennes de la Belle al­liance po­pu­laire au­ront lieu les di­manches 22 et 29 jan­vier pro­chains. Sept bu­reaux se­ront à la dis­po­si­tion des sym­pa­thi­sants de gauche pour élire le can­di­dat qui les re­pré­sen­te­ra lors de l’élec­tion pré­si­den­tielle.

Les Informations Dieppoises - - La Une - Tho­mas Re­nard Plus d’in­for­ma­tions sur le site : les­pri­mai­res­ci­toyennes.fr.

Ras­sem­blés au­tour de La Belle al­liance po­pu­laire, di­vers cou­rants et par­tis de gauche vont dé­si­gner leur can­di­dat à l’élec­tion pré­si­den­tielle dans le cadre d’une primaire ci­toyenne, les di­manches 22 et 29 jan­vier pro­chains. Le Par­ti so­cia­liste est la tête de pont de cette al­liance et ses mi­li­tants en as­surent l’or­ga­ni­sa­tion, sur le ter­rain.

Dans le sec­teur proche de Dieppe, ce sont les sec­tions du Pays diep­pois (Dieppe, En­ver­meu) et d’Of­fran­ville qui sont à la ma­noeuvre. « Nous au­rons sept bu­reaux de vote : trois à Dieppe et un à Of­fran­ville, Arques, En­ver­meu et SaintMar­tin-en- Cam­pagne » , an­noncent An­toine Bru­ment et Jean-Luc Hu­dé, les deux se­cré­taires de sec­tion du PS.

Un eu­ro de par­ti­ci­pa­tion

Les mi­li­tants ne cachent pas que le dé­lai pour l’or­ga­ni­sa­tion de cette élec­tion est « court » , mais ils veulent s’ap­puyer sur l’ex­pé­rience ac­quise en 2011 pour en as­su­rer la bonne te­nue.

Ain­si, comme la der­nière primaire de 2011, il s’agi­ra pour les élec­teurs po­ten­tiels de rem­plir trois condi­tions : « Etre ins­crit sur les listes élec­to­rales, ver­ser un eu­ro au titre des frais d’or­ga­ni­sa­tion et si­gner la charte d’adhé­sion aux va­leurs de la gauche » , an­noncent les mi­li­tants.

En fonc­tion de son bu­reau de vote tra­di­tion­nel, chaque élec­teur se­ra orien­té vers l’un des bu­reaux de cette primaire. Par exemple, les élec­teurs du sec­teur de Neu­ville de­vront se rendre à l’école Cu­rie, ceux du centre-ville de Dieppe iront à la Mai­son du com­bat­tant et les Jan­va­lais vo­te­ront à la salle Le­vas­seur.

« Au­cune consigne de vote »

« Un site In­ter­net est à dis­po­si­tion pour connaître le bu­reau de vote le plus proche de son do­mi­cile » , in­dique les mi­li­tants (lire aus­si notre « pra­tique »).

Si le ca­len­drier est ex­trê­me­ment ser­ré, les mi­li­tants tiennent à faire vivre la cam­pagne lo­ca­le­ment. Ain­si, ce ven­dre­di 13 jan­vier à Mar­ti­gny, la sec­tion d’Of­fran­ville or­ga­nise une soi­rée de dé­bat (à 18 h 30, salle com­mu­nale).

Les deux sec­tions semblent ac­quises à l’ex- Pre­mier mi­nistre Ma­nuel Valls, par ailleurs sou­te­nu par la dé­pu­tée Ma­rie Le Vern, membre de son équipe de cam­pagne. Les deux se­cré­taires de sec­tion ne s’en cachent pas, « mais nous ne don­nons au­cune consigne de vote, cha­cun est libre de son choix. Il est d’ailleurs fort pos­sible qu’il y ait des por­tages de voix dif­fé­rents. A la fin, il fau­dra que toute la gauche se ras­semble der­rière le vain­queur » , in­sistent de con­cert An­toine Bru­ment et Jean-Luc Hu­dé.

Reste une in­con­nue pour cette primaire ci­toyenne : la par­ti­ci­pa­tion des élec­teurs. En 2011, un peu moins de 1 000 vo­tants s’étaient dé­pla­cés aux urnes dans les bu­reaux de Dieppe. « Mais c’était la pre­mière fois que des pri­maires étaient or­ga­ni­sées en France » , rap­pellent les mi­li­tants lo­caux, qui es­pèrent évi­dem­ment une par­ti­ci­pa­tion plus franche. « La vic­toire de la gauche à la pré­si­den­tielle est pos­sible » , veut croire JeanLuc Hu­dé.

PRA­TIQUE

Les res­pon­sables des sec­tions de Dieppe et Of­fran­ville sont sur le pont pour or­ga­ni­ser cette primaire de la Belle al­liance po­pu­laire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.