Un week-end de jeu avec DSN

DSN vous in­vite à vous mettre dans la peau d’un co­mé­dien ce week-end. La Scène na­tio­nale pro­pose un stage de théâtre au­tour de deux au­teurs : Fey­deau et Ma­ri­vaux.

Les Informations Dieppoises - - Dieppe -

Dieppe Scène na­tio­nale vous pro­pose un stage au­tour du théâtre ces sa­me­di 14 et di­manche 15 jan­vier. Il s’adresse aux adultes et ado­les­cents à par­tir de 15 ans.

« Ce week-end de jeu s’ar­ti- cu­le­ra au­tour de deux au­teurs de ré­per­toire que sont Fey­deau et Ma­ri­vaux » ex­plique l’équipe de DSN. Anne-So­phie Pau­chet et Tho­mas Gau­biac qui ani­me­ront ce stage, échan­ge­ront leur cas­quette de met­teur en scène : Anne-So­phie et un groupe de par­ti­ci­pants s’amu­se­ront à mon­ter une ou plu­sieurs scènes de Léo­nie est en avance, pièce de Fey­deau mise en scène par Tho­mas Gau­biac et ac­cueillie à DSN le 30 no­vembre der­nier ; Tho­mas et un se­cond groupe se frot­te­ront à un ex­trait de L’Ile des es­claves, une pièce de Ma­ri­vaux créée par Anne-So­phie Pau­chet et qui se­ra jouée le 9 fé­vrier pro­chain à DSN.

Les deux pro­fes­sion­nels por­te­ront leurs re­gards dif­fé­rents sur ces deux re­gistres des clas­siques fran­çais, pour de nou­velles in­ter­pré­ta­tions lu­diques et rai­son­nées. UN CONSORT DE FLÛTES POUR LE CON­SER­VA­TOIRE. Mer­cre­di 11 jan­vier, le con­ser­va­toire Ca­mille-Saint-Saëns de Dieppe a re­çu un ex­cep­tion­nel en­semble de flûtes. « C’est un en­semble co­hé­rent d’ins­tru­ments, tous fa­bri­qués en même temps, ex­plique Be­noît Toï­go, pro­fes­seur de flûte à bec. Elles ont été conçues pour son­ner en­semble et jouer un ré­per­toire de la Re­nais­sance » , pé­riode qui consti­tue le coeur des par­ti­tions de flûtes. Cette ac­qui­si­tion va per­mettre aux élèves de jouer en­semble, des en­fants, des adultes ama­teurs… « Ce sont de bonnes condi­tions pour dé­cou­vrir cette mu­sique » , sou­ligne-t-il. Le dé­par­te­ment de mu­sique an­cienne du con­ser­va­toire de Dieppe est l’un des plus an­ciens de France. Il a été créé en 1976. « Avant de re­ce­voir ce consort de flûtes, nous nous adap­tions avec d’autres ins­tru­ments, ba­roques no­tam­ment, re­prend Be­noît Toï­go. Mais il nous man­quait tou­jours des ins­tru­ments. Il y avait des choses que l’on ne pou­vait pas faire et des pro­blèmes d’ac­cords » . Le con­ser­va­toire a donc re­çu un consort de neuf flûtes, deux autres sui­vront et une a été of­ferte par Phi­lippe La­ché, le fac­teur de flûtes, ha­bi­tant dans le Vau­cluse. La concep­tion de ces ins­tru­ments a pris sept ans pour que le bois, du me­ri­sier, puisse être tra­vaillé. Les flûtes me­surent d’1,30 à 15 cm. « Les sons de cha­cune d’entre elles sont dif­fé­rents, pré­cise Be­noît Toï­go. Du son le plus grave au plus ai­gu pour avoir une po­ly­pho­nie » .

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.