Le pa­tri­moine est bien gar­dé

L’as­so­cia­tion pour la sau­ve­garde du pa­tri­moine veu­lais a été créée il y a un peu moins de 30 ans. Elle a pour but de par­ta­ger ses connais­sances en la ma­tière mais éga­le­ment de conseiller des ac­tions aux mu­ni­ci­pa­li­tés et aux par­ti­cu­liers.

Les Informations Dieppoises - - Saint-valery - La pro­chaine con­fé­rence dans le cadre des ven­dre­dis du pa­tri­moine : Les peintres an­glais dans la ré­gion de Dieppe, ven­dre­di 27 oc­tobre, salle Anaïs Au­bert à 20 h 30. En­trée libre.

Née une pre­mière fois en 1990, l’as­so­cia­tion pour la sau­ve­garde du pa­tri­moine veu­lais ( ASPV) est d’abord liée à la ges­tion du pa­tri­moine et aux chan­tiers de res­tau­ra­tion dans le vil­lage. Dé­but 2000, elle est me­na­cée en rai­son du dé­part de son pré­sident. Jean-Claude Claire, maire de Veules- les- Roses, sou­haite vi­ve­ment qu’elle soit re­lan­cée. En 2004, Syl­vie Bos­quier re­prend la pré­si­dence et les sta­tuts de l’as­so­cia­tion sont mo­di­fiés. Dé­sor­mais la préservation du pa­tri­moine consiste en la connais­sance du ter­ri­toire, qu’elle se donne pour mis­sion de dé­ve­lop­per et de dif­fu­ser.

Con­fé­rence

De­puis 2005, chaque der­nier ven­dre­di du mois, de mars à oc­tobre, a lieu une con­fé­rence dans la salle Anaïs-Au­bert, le ci­né­ma du vil­lage. Ce sont des ex­perts, uni­ver­si­taires, guides confé­ren­ciers qui par­tagent leur sa­voir. Les su­jets abor­dés portent sur Veules-les-Roses et s’ouvrent sur l’éten­due des atouts du pays de Caux. Le lin, les clos ma­sure, les mou­lins, le re­cul des fa­laises… Au­tant de confé­rences qui in­diquent la ri­chesse du pa­tri­moine et dé­montrent la cu­rio­si­té de l’as­so­cia­tion.

En outre, l’as­so­cia­tion, ac­tive et in­tel­lec­tuel­le­ment pé­tillante, édite des an­nales où sont res­ti­tués des comptes ren­dus des confé­rences ain­si que des ou­vrages écrits par des membres de l’ASPV (70 titres au to­tal).

En­fin, les contacts avec le monde uni­ver­si­taire ont pris une autre di­men­sion der­niè­re­ment avec deux étu­diantes en His­toire, à Rouen, qui ont réa­li­sé leur mé­moire de Mas­ter II : l’un sur la va­lo­ri­sa­tion du pa­tri­moine bal­néaire et l’autre sur le do­ris, en mê­lant leurs re­cherches aux sa­voirs de l’ASPV. Des tra­vaux qui ré­jouissent la pré­si­dente et qui se­ront édi­tés par l’as­so­cia­tion.

« L’as­so­cia­tion n’est pas un maître d’ou­vrage ni un re­lais fi­nan­cier, mais elle peut conseiller des ac­tions aux mu­ni­ci­pa­li­tés et aux par­ti­cu­liers » , aver­tit Syl­vie Bos­quier. Elle a d’ailleurs été agréée pour l’ur­ba­nisme par le pré­fet de Seine-Ma­ri­time en 2007.

Conseiller des ac­tions

Elle a par exemple ef­fec­tué dix ans de lob­bying en fa­veur de la ré­no­va­tion de l’église de Veules et don­né des conseils aux par­ti­cu­liers dé­si­reux d’em­bel­lir rues et mai­sons. Ce qui se ma­ni- feste à tra­vers la mul­ti­pli­ca­tion des ha­bi­ta­tions ins­crites à la fon­da­tion du pa­tri­moine, que l’as­so­cia­tion a par­fois contri­bué à faire connaître.

En outre, très im­por­tant pour l’ASPV, le pa­tri­moine ne se li­mite pas à la pierre. Ni « au si­lex et brique », re­lève la pré­si­dente. « Il y a plu­sieurs pa­tri­moines, ajoute- t- elle. Ar­chi­tec­tu­ral, cultu­rel, vé­gé­tal… Tous sont liés et com­posent en­semble l’iden­ti­té d’un vil­lage » . Elle at­tire l’at­ten­tion sur un phé­no­mène ty­pi­que­ment cau­chois et en­core très pré­sent à Veules : les ca­vées, ces che­mins creux bor­dés de ta­lus dont les pro­me­neurs peuvent suivre le tra­cé.

L’as­so­cia­tion, très im­pli­quée dans la sau­ve­garde de ce pay­sage qui fa­çonne le vil­lage, dé­plore le fait qu’au dé­but de l’an­née, en vue de pro­jets im­mo­bi­liers, trois ca­vées ont été dé­truites à Veules par l’ar­ra­chage des arbres.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.