L’été se­ra Pif

C’est l’heure de la ré­sur­rec­tion pour Pif Gad­get. Le ma­ga­zine pré­fé­ré des en­fants des an­nées 70 re­naît le temps d’une sai­son, avec Rahan et Cor­to Mal­tese en pre­mière ligne.

Les Inrockuptibles - - Medias -

N’im­porte quel grand en­fant au­ra na­tu­rel­le­ment du mal à me­su­rer au­jourd’hui la joie que sus­ci­ta chez ses pa­rents ou grands-pa­rents, en leur temps pré-pu­bère, la sor­tie chaque se­maine en kiosque de Pif Gad­get. Le jour­nal illus­tré avait beau ap­par­te­nir aux com­mu­nistes qui s’ac­com­mo­daient de son fruc­tueux ca­pi­tal, les pa­rents gaul­listes ou gis­car­diens cé­daient eux-mêmes aux dé­si­rs apo­li­tiques de leur pro­gé­ni­ture qui fan­tas­mait sur les aven­tures de Rahan, Cor­to Mal­tese, Su­per­ma­tou, Her­cule ou Gai-Lu­ron, loin de la lutte des classes et de la prise du pou­voir par le pro­lé­ta­riat. Il n’y avait que Pif pour ac­com­plir une forme secrète d’oe­cu­mé­nisme po­li­tique. A cô­té, son concur­rent yan­kee Le Jour­nal de Mi­ckey fai­sait pâle fi­gure.

L’hu­ma­ni­té de Pif Gad­get com­blait tout le monde puisque les plai­sirs in­sou­ciants de l’en­fance trans­pi­raient à chaque page, en toute in­no­cence. Même si, à l’époque, cer­tains ob­ser­va­teurs avi­sés dé­ce­laient dans les pro­fils des per­son­nages des mes­sages po­li­tiques sub­li­mi­naux : la dé­fense d’une nature sau­vage et au­then­tique, pré­fi­gu­rant l’éco­lo­gie po­li­tique, chez l’in­dien Loup Noir, ou la Ré­sis­tance du jeune ma­qui­sard chez Le Grê­lé 7/13…

Ap­pa­ru dans les pages du quo­ti­dien com­mu­niste L’Hu­ma­ni­té dans les an­nées 50 avant de de­ve­nir à par­tir de 1969 une re­vue à part en­tière, ven­due à 500 000 exem­plaires, édi­tée par les Edi­tions Vaillant contrô­lées par le PC, Pif Gad­get va­lait aus­si, et peut-être sur­tout, pour le se­cond terme de sa pro­messe : les “gad­gets”. Ceux-ci ex­ci­taient les en­fants en­core pré­ser­vés des ad­dic­tions à l’im­ma­té­ria­li­té nu­mé­rique. Un simple ob­jet suf­fi­sait à leur fé­li­ci­té : un sty­lo à encre in­vi­sible, une ma­chine à faire des oeufs car­rés, un lance-spa­ghet­tis, un four so­laire ou des pois sau­teurs du Mexique fai­saient le bon­heur simple du lec­teur, au fond du­quel vi­braient aus­si un agent se­cret, un ex­plo­ra­teur, un in­gé­nieur ou un aventurier.

Qui n’a pas por­té sur son pe­tit coeur bat­tant le col­lier de Rahan aux cinq ver­tus (cou­rage, loyau­té, gé­né­ro­si­té, té­na­ci­té, sa­gesse) ne peut ain­si sai­sir la joie secrète, in­dexée à une nos­tal­gie un peu sur­jouée, de voir au­jourd’hui re­naître Pif Gad­get, qui mal­gré une ten­ta­tive au mi­lieu des an­nées 2000 n’a ja­mais re­trou­vé son lec­to­rat de­puis sa dis­pa­ri­tion en 1993.

La ré­sur­rec­tion de Pif Gad­get, re­bap­ti­sée Su­per Pif, pi­lo­tée par Oli­vier Char­train, n’est en fait qu’un hors-série d’été, ti­ré à 100 000 exem­plaires. On y re­trouve les hé­ros fé­tiches du jour­nal des an­nées 70 : Rahan, Cor­to Mal­tese (pré­sent dans Pif entre 1970 et 1973), Pla­cid (l’ours) et Mu­zo (le re­nard). Mais il manque à l’ap­pel quelques grands noms de l’épo­pée glo­rieuse : Pi­fou, Doc­teur Jus­tice, Léo bête à part, les Ri­go­lus et les Tris­tus… Des jeux et quelques ar­ticles sur des su­jets so­cié­taux comme le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique com­plètent le ma­ga­zine.

Si le jeune pu­blic, chauf­fé par des pa­rents nos­tal­giques, confirme cet été sa cu­rio­si­té pour le jour­nal au charme sur­an­né, Pif pour­rait de­ve­nir men­suel en 2017. Le col­lier de Rahan re­de­vien­drat-il le fé­tiche de la jeu­nesse ba­rou­deuse de la fin des an­nées 2010 ? Jean-Marie Du­rand

Su­per Pif en kiosque, 192 pages, 5,90 €

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.