Pe­tit pay­san, Pat­ti Cake$…

Le quo­ti­dien d’un fer­mier-va­cher confron­té à un di­lemme se voit dou­blé d’un po­lar ten­du et d’une ré­flexion sur la po­ro­si­té entre le bien et le mal.

Les Inrockuptibles - - Sommaire -

LÉ­GENDE OU RÉA­LI­TÉ, Jacques Chi­rac ai­mait “ca­res­ser le cul des vaches”. Au Sa­lon de l’agri­cul­ture 2005, il dé­cla­rait : “Ce ne sont pas des bo­vins, ce sont des

chefs-d’oeuvre.” On ne sait pas si Hu­bert Cha­ruel est chi­ra­quien mais après vi­sion de son pre­mier film, Pe­tit pay­san, il est clair qu’il aime les vaches et les re­garde lui aus­si comme des chefs-d’oeuvre. Les bo­vins im­pa­vides oc­cupent un large pan de son film au­tant que de l’es­prit de Pierre, le per­son­nage prin­ci­pal, jus­qu’à squat­ter sa cui­sine ou son li­ving de­ve­nu sa­lon de l’agri­cul­ture au sens propre.

Pierre est donc un jeune fer­mier­va­cher, fraî­che­ment di­plô­mé d’une école agri­cole et prêt à prendre la re­lève de ses pa­rents. Lorsque l’une de ses bêtes pré­sente les symp­tômes d’une pos­sible grave ma­la­die, il n’en in­forme pas les ser­vices vé­té­ri­naires de peur que l’on abatte l’in­té­gra­li­té de son cher trou­peau : c’est une ques­tion éco­no­mique mais sur­tout sen­ti­men­tale, exis­ten­tielle – Pierre aime ses vaches tout sim­ple­ment, et elles consti­tuent sa prin­ci­pale rai­son de vivre.

Quand sa soeur vé­to l’ap­prend, elle in­forme Pierre (et le spec­ta­teur) des consé­quences pos­sibles de son acte illé­gal : risque de pri­son pour lui, de conta­mi­na­tion pour son chep­tel et

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.