Head­ban­ging mys­tique dans le Jean­nette de BRU­NO DU­MONT

de Bru­no Du­mont La jeu­nesse de la pu­celle dans un ré­cit mu­si­cal dé­to­nant, où le head­ban­ging re­joint l’ex­tase mys­tique.

Les Inrockuptibles - - Ouest le cool? -

DE­PUIS “P’TIT QUIN­QUIN”, LE PAR­COURS DE BRU­NO DU­MONT

a pris une tra­jec­toire de plus en plus fas­ci­nante. Entre mys­ti­cisme, bur­lesque, po­lar, ça part dans tous les sens se­lon des confi­gu­ra­tions im­pré­vi­sibles. Ain­si de

Jean­nette qui mixe textes de Charles Pé­guy, cho­ré­gra­phies de Phi­lippe De­cou­flé, mu­sique de Gau­tier Serre (aka Igorrr), jeunes co­mé­diennes non pro­fes­sion­nelles et landes du Ca­lai­sis en guise de Vosges.

On est donc en 1425 dans ce Dom­ré­my men­tal re­con­fi­gu­ré par Du­mont. Jean­nette, c’est la pe­tite Lise Le­plat Prud­homme qui bute par­fois sur les mots ci­se­lés de Pé­guy avec un charme fou, chante sur une mu­sique qui hé­site entre Me­tal­li­ca et The Voice, danse en se­couant sa che­ve­lure fa­çon Hell­fest… Du­mont filme le tout à l’épure et à la fru­ga­li­té bud­gé­taire, entre Gui­rau­die

et Roh­mer (Du so­leil pour les gueux) (Les Amours d’As­trée et de Cé­la­don).

Dans la se­conde par­tie, Jean­nette est ado (et a les traits plus mûrs de Jeanne Voi­sin), elle a re­çu l’ap­pel di­vin, conti­nue de chan­ter et se­couer sa tête et in­trigue avec son oncle pour pré­pa­rer son dé­part à la guerre à l’in­su de ses pa­rents. C’est dingue, dé­rou­tant, par­fois bur­lesque, glo­ba­le­ment mer­veilleux. Ce qui pou­vait ap­pa­raître sur le pa­pier comme une lu­bie, une ex­pé­rience li­mite, se ré­vèle d’une ex­trême co­hé­rence. Il y a un lien té­nu mais réel entre ce qui a bou­gé Jeanne, ce qui mou­vait Pé­guy et ce qui fait avan­cer les mé­tal­leux (qui ont sou­vent re­cours à l’ima­gi­naire mé­dié­val) ou les can­di­dat(e)s à The Voice : un ap­pel, di­verses formes nobles ou tri­viales de cette foi (pas né­ces­sai­re­ment re­li­gieuse) qui naît au plus pro­fond de cer­tains êtres et les pousse à agir, se sen­tant por­tés par un des­tin. La Jeanne de Du­mont n’est bien sûr pas celle du FN : ce n’est pas le na­tio­na­lisme qui in­té­resse le ci­néaste mais l’aven­ture de la li­ber­té, le mys­té­rieux mé­ca­nisme qui met une ga­mine en ac­tion contre toute rai­son. Dans un ci­né­ma de plus en plus qua­drillé par l’in­jonc­tion d’ef­fi­ca­ci­té es­thé­tique et com­mer­ciale, Du­mont ap­pa­raît dé­ci­dé­ment comme un ar­tiste ma­jus­cule, d’une su­perbe so­li­tude. On com­prend qu’il se soit pen­ché sur la fi­gure de Jeanne et son film en ré­pond am­ple­ment : une vi­sion de la Pu­celle in­so­lite mais ô com­bien contem­po­raine et vi­brante. Serge Ka­gans­ki Jean­nette, l’en­fance de Jeanne d’Arc de Bru­no Du­mont, avec Lise Le­plat Prud­homme, Jeanne Voi­sin, Lu­cile Gau­tier (Fr., 2017, 1 h 45)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.