Re­gards chan­geants

En deux par­ties dis­tinctes, la nou­velle sai­son de THE GIRL­FRIEND EX­PE­RIENCE pro­pose un sché­ma nar­ra­tif in­édit. Ses créa­teurs nous ex­pliquent.

Les Inrockuptibles - - Series -

DANS LA FA­MILLE DES SOPHISMES CONTEM­PO­RAINS, je de­mande la pro­cla­ma­tion des sé­ries comme es­pace de créa­tion ul­time. Le cli­ché a par­fois ses dé­trac­teurs, mais il faut re­con­naître qu’entre les for­mu­la­tions ra­di­cales du fé­mi­nin et du mas­cu­lin par Jill So­lo­way dans I Love Dick et les troubles spa­tio­tem­po­rels de l’Amé­rique vio­lente dans

Twin Peaks: The Re­turn, l’an­née 2017 a four­ni quelques ob­jets dont nous met­trons long­temps à faire le tour. Voi­ci main­te­nant la si­dé­rante The Girl­friend

Ex­pe­rience, la plus co­riace – et la moins sym­pa­thique, c’est dire. Une odys­sée sexuelle et po­li­tique bru­tale à ne pas mettre entre toutes les mains.

Dans sa pre­mière sai­son, la sé­rie re­pre­nait l’idée du film de Steven So­der­bergh sor­ti en 2009 (une jeune es­cort imi­tant la pe­tite amie ai­mante et sexuel­le­ment dis­po­nible) tout en s’éloi­gnant du scé­na­rio. Amy Sei­metz et Lodge Ker­ri­gan avaient tout co­écrit et s’étaient par­ta­gé les épi­sodes.

Cette fois, ils ont in­ven­té une sai­son mu­tante. Les sept pre­miers épi­sodes,

Eri­ca & An­na, sont écrits et réa­li­sés par Lodge Ker­ri­gan, les sept sui­vants,

Bria, sont si­gnés Amy Sei­metz et ra­content une his­toire dif­fé­rente avec d’autres co­mé­dien.ne.s. “La si­tua­tion a évo­lué de ma­nière na­tu­relle lors de conver­sa­tions entre Amy et moi sur la ma­nière de pous­ser le for­mat té­lé, éclaire Lodge Ker­ri­gan. On nous a of­fert une li­ber­té créa­tive to­tale : Steven So­der­bergh pos­sède le fi­nal cut sur la sé­rie, mais en réa­li­té, il trans­met ce pou­voir

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.