La terre, la chair, la mort

Dans La Dé­pos­ses­sion, RA­CHID BOUD­JE­DRA dé­cor­tique l’his­toire vio­lente de l’Al­gé­rie. Un texte hyp­no­tique où l’au­teur re­tisse ses grands thèmes.

Les Inrockuptibles - - Livres - Syl­vie Ta­nette

IL Y A QUELQUE CHOSE D’ENTÊTANT

DANS LA PROSE de Boud­je­dra. Des sou­ve­nirs qui tournent dans ses livres de­puis tou­jours, ob­ses­sions que l’écri­vain al­gé­rien n’en fi­nit pas de creu­ser : le trouble des ori­gines, la sexua­li­té, mais aus­si l’Al­gé­rie, lieu fan­tas­ma­go­rique de toutes les vio­lences, su­bies ou per­pé­trées.

Ici, un nar­ra­teur ex­plore l’his­toire de son pays à tra­vers l’ob­ser­va­tion de deux ta­bleaux. L’un, an­cien, re­pré­sente la prise de Gi­bral­tar par les Arabes. L’autre, plus ré­cent, est une vue d’Al­ger si­gnée Al­bert Mar­quet, ami de Ma­tisse tom­bé amou­reux de la ville et de ses ha­bi­tants. De la conquête de l’An­da­lou­sie à la pé­riode co­lo­niale, le nar­ra­teur fait le bi­lan des mas­sacres, qui croisent les vio­lences dont il a été lui-même té­moin, exac­tions contre les Juifs du­rant la Se­conde Guerre mon­diale et crimes de l’OAS au mo­ment de l’in­dé­pen­dance.

Ra­chid Boud­je­dra dans ce nou­veau livre se fait es­sayiste, sou­cieux de rap­pe­ler cer­tains épi­sodes sombres de l’his­toire de l’Al­gé­rie, de dé­non­cer les hor­reurs du co­lo­nia­lisme mais aus­si de rendre hom­mage aux Fran­çais qui se sont en­ga­gés au­près des Al­gé­riens.

Com­mu­niste, athée re­ven­di­qué dans un pays où l’is­lam est re­li­gion d’Etat, an­cien du FLN, l’au­teur de La Ré­pu­dia­tion ne cesse de fer­railler avec l’his­toire et de po­lé­mi­quer. L’écri­vain Ka­mel Daoud vient d’ailleurs de por­ter plainte contre lui pour dif­fa­ma­tion. Dans un pam­phlet pa­ru cet au­tomne en Al­gé­rie, où Boud­je­dra re­proche à toute une sé­rie d’ar­tistes et d’in­tel­lec­tuels d’être un peu trop fran­co­philes, il a en ef­fet ac­cu­sé Daoud d’avoir fait par­tie du Groupe Is­la­mique Ar­mé.

Au-de­là de son en­ga­ge­ment po­li­tique et des contro­verses,

Boud­je­dra, à 76 ans, marque les es­prits par son tra­vail ro­ma­nesque, proche de ce­lui d’un Claude Si­mon, et signe un texte hyp­no­tique. De­puis son pre­mier ro­man en 1969, il creuse un ma­té­riau au­to­bio­gra­phique, re­prend in­las­sa­ble­ment quelques évé­ne­ments trau­ma­tiques en s’at­ta­chant tou­jours au char­nel. Car pour lui, l’his­toire s’ins­crit dans les corps. Ain­si son nar­ra­teur, obèse et mal­heu­reux, garde sur lui pour l’éter­ni­té l’odeur de la peau de sa mère morte.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.