Mar­tin Amis

La Fric­tion du temps

Les Inrockuptibles - - Livres - Bru­no Juf­fin

Cal­mann-Lé­vy, tra­duit de l’an­glais par Ber­nard Turle, 486 p., 22,90 €

Une nou­velle an­tho­lo­gie des écrits jour­na­lis­tiques, ful­gu­rants et pre­nants, de l’au­teur bri­tan­nique.

Quand le ro­man­cier an­glais le plus flam­boyant de sa gé­né­ra­tion se tourne vers le jour­na­lisme, il lui faut, pour re­trou­ver sa verve, se frot­ter à des su­jets dignes de lui. Au nombre de ceux-ci ne fi­gurent pas les hommes po­li­tiques : bien que tout sé­pare le très droi­tier Do­nald Trump et le vieux gau­chiste Je­re­my Cor­byn, Mar­tin Amis dé­cèle chez eux une com­mune in­cul­ture. En ré­sultent des por­traits d’une condes­cen­dance frô­lant le mé­pris – et, concer­nant leurs chances d’être élus, des pro­nos­tics d’une mé­diocre clair­voyance. Au mo­ment d’abor­der les formes ex­trêmes du sexe et de la vio­lence, l’au­teur de Pou­pées cre­vées se montre sen­si­ble­ment plus ins­pi­ré ; de son im­mer­sion dans le monde de la por­no­gra­phie gon­zo ou des tueurs ado­les­cents de Ca­li, il ra­mène des pa­piers d’au­tant plus sai­sis­sants que l’ef­froi s’y mâ­tine d’un hu­mour déses­pé­ré. Ce Mar­tin Amis si­mul­ta­né­ment ca­pable d’em­pa­thie et de ful­gu­rances ex­celle dans les por­traits d’écri­vains : quand il re­lit Na­bo­kov, ana­lyse les pa­ra­doxes de J. G. Bal­lard, sonde les mys­tères de Don DeLillo, vante l’in­dé­mo­dable sé­duc­tion de Jane Aus­ten ou sou­met à une lec­ture cri­tique la prose d’Up­dike vieillis­sant, l’ex-en­fant ter­rible touche au som­met de son art. Pu­bliés sur une pé­riode de trente ans, les textes re­grou­pés dans

La Fric­tion du temps sont l’oeuvre d’un lec­teur ob­ses­sion­nel ; bien qu’épi­so­di­que­ment pé­remp­toires, les ju­ge­ments qu’il y porte ont le mé­rite de ne lais­ser au­cune place à l’in­dif­fé­rence.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.