La chro­nique des disques en ac­cé­lé­ré

MØ pour­suit dans sa veine pop mo­derne, EE­RA se dé­couvre sombre et vu­né­rable, FOÉ se livre d’une voix brute, WA­RHAUS est un dan­dy jaz­zy désen­chan­té et MA­JID JOR­DAN re­crée des so­no­ri­tés syn­thé­tiques 80’s.

Les Inrockuptibles - - Musiques -

TROIS ANS APRÈS SON BLUF­FANT PRE­MIER AL­BUM No My­tho­lo­gies to Fol­low, et quelques pa­pillon­ne­ments avec Ma­jor La­zer (sur le tu­besque Lean on), la Da­noise MØ nous re­vient avec un ep sur­prise, When I Was

Young. Fi­dèle à son sens du groove et à sa pop mo­der­niste, Karen Ma­rie Ørs­ted y ap­porte “un re­gard à la fois sur le pas­sé et le fu­tur”. Com­pi­lant des mor­ceaux écrits au cours des quatre der­nières an­nées, ce car­net in­time confie des ex­pé­riences per­son­nelles de MØ : son res­sen­ti sur sa car­rière ful­gu­rante, une cer­taine forme de nos­tal­gie et d’éva­sion, et les pen­sées “d’une jeune adulte dans un monde très étrange et qui a beau­coup chan­gé”. Con­cis et hau­te­ment ad­dic­tif !

Chan­teuse et musicienne nor­vé­gienne, ba­sée à Londres, Ee­ra sort de l’ano­ny­mat avec un pre­mier al­bum pro­met­teur, Re­flec­tion

of Youth, où elle confie une pé­riode trouble de sa vie, cette ving­taine char­nière où elle tente de se res­pon­sa­bi­li­ser. Et il n’y a qu’à res­pi­rer la noir­ceur et la vul­né­ra­bi­li­té qui ha­bitent ces dix titres pour com­prendre que ça n’a pas dû être une ex­pé­rience si fa­cile. Dans la digne li­gnée de PJ Har­vey et Cat Po­wer, ses gui­tares ru­gissent avec au­tant d’ar­deur que les cha­grins ont dû ac­ca­bler son coeur. De l’in­ti­mi­té de

Chris­tine à l’en­traî­nant et ac­cro­cheur I Wan­na Dance, ses chan­sons, écrites aux pre­mières heures du jour, sont le fruit d’une in­tros­pec­tion belle et désar­mante.

Nou­velle tête dans le pay­sage fran­çais, la voix brute et sin­gu­lière de Foé se dé­couvre dans un pre­mier ep, Bou­quet de pleurs, certes inégal, mais qui fe­ra par­ler de lui. Is­su de la mu­sique clas­sique, le Tou­lou­sain com­mence au pia­no, usant la pla­tine de ses pa­rents en écou­tant en boucle Bach ou Rach­ma­ni­nov. Ra­pi­de­ment, sa chambre de­vient son stu­dio d’ex­pé­ri­men­ta­tions, et mê­lant fran­çais et an­glais, il com­pose des chan­sons, sans grande pu­deur, cris­tal­li­sant des émo­tions fortes qui vont vous faire tour­ner la tête. Sa sin­gu­la­ri­té ? Un timbre de voix à la fois très rude, voire pri­mi­tif et pour­tant émou­vant. Et si les

bri­co­lages di­gi­taux de Co­ma idyl­lique et Alors

Lise sont un peu trop FM, la marche puis­sante de Run­ning et les en­vo­lées sen­sibles au pia­no de Bou­quet de pleurs ne laissent pas de glace ! Le chan­teur du groupe belge Bal­tha­zar,

Wa­rhaus, re­vient pour un se­cond round avec un nou­vel al­bum so­lo, un an seule­ment après l’in­tré­pide We Fu­cked a Flame in­to Being. Maar­ten De­vol­dere semble y lâ­cher prise, en nous lais­sant pal­per une noir­ceur beau­coup plus vaste que sur son pré­cé­dent disque : “J’es­saie de gar­der le contrôle mu­si­ca­le­ment, mais si vous lisez les pa­roles, on se rend bien compte

que je suis com­plè­te­ment per­du.” Construit comme un al­ter ego, ce pro­jet so­lo suinte le désen­chan­te­ment de son per­son­nage dan­dy, comme il le dé­peint si bien sur Mad World. Mé­lan­geant ma­rim­ba afri­cain et so­no­ri­tés jaz­zy, le ré­sul­tat est bien plus vi­vant et spon­ta­né. Cô­té voix, le timbre fu­meux de Maar­ten se mêle tou­jours à la per­fec­tion de la chan­teuse (et pe­tite amie) Syl­vie Kreusch, op­po­sant dou­ceur et ru­go­si­té, lu­mière et té­nèbres. Hy­pe­rac­tif et mé­ti­cu­leux, le duo ca­na­dien

Ma­jid Jor­dan re­vient (lui aus­si) moins d’un an seule­ment après un pre­mier long for­mat. Adou­bés par le la­bel OVO Sound de leur men­tor Drake, le croo­ner r’n’b Ma­jid Al Mas­ka­ti et le pro­duc­teur Jor­dan Ull­man signent avec The Space Bet­ween un se­cond es­sai soi­gné qui s’ins­pire de leurs riches ex­pé­riences en tour­née. In­vi­tant en fea­tu­ring deux autres pro­gé­ni­tures d’OVO Sound : Dvsn (My Ima­gi­na­tion) et Par­tyNextDoor (sur le fa­meux One I Want), les treize titres dis­til­lent des mé­lo­dies syn­thé­tiques ins­pi­rées des 80’s. Sen­suelles et en­ivrantes, les pro­duc­tions lan­gou­reuses de ce nou­veau disque res­tent à la hau­teur de nos at­tentes, même si on doit bien l’ad­mettre, on es­pé­rait un peu plus de prise de risques. Abi­gaïl Aï­nouz When I Was Young ep de MØ (So­ny), Re­flec­tion of Youth de Ee­ra (Big Da­da), Bou­quet de pleurs ep de Foé (Tôt ou Tard), Wa­rhaus de Wa­rhaus (Play It Again Sam/PIAS), The Space Bet­ween de Ma­jid Jor­dan (OVO Sound)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.