FLAVIEN BER­GER ET LOU ROTZINGER

à Pa­ris (Opé­ra-Bas­tille), le 27 oc­tobre

Les Inrockuptibles - - Musiques -

Flavien Ber­ger à l’opé­ra, eh ouais ! Ac­com­pa­gné de Lou Rotzinger, il était de pas­sage au Stu­dio Bas­tille pour in­ter­pré­ter, en live, la BO d’un film court dont la réa­li­sa­tion avait lieu en di­rect dans le sous-sol de l’Opé­ra. Le pro­jet, ti­tré Adieu Bo­hème et réa­li­sé par Jeanne Fren­kel et Cosme Castro, est une sorte de ro­mance fan­tai­siste et han­tée par les at­ten­tats de no­vembre 2015. Fan­tai­siste et han­tée : on peut re­cy­cler les mêmes mots pour par­ler de la mu­sique de Flavien Ber­ger et Lou Rotzinger, dont la per­for­mance colle à un long plan sé­quence du genre vir­tuose. Lou Rotzinger est au pia­no d’un cô­té du Stu­dio ; de l’autre, il y a Flavien Ber­ger, son cla­vier et ses ma­chines. C’est sou­vent mi­ni­ma­liste, par­fois car­ré­ment muet (il ne faut pas for­cé­ment grand-chose pour dé­ve­lop­per un ar­ran­ge­ment au­tour de La Bo­hème de Puc­ci­ni). A la fin, les deux mu­si­ciens s’épanchent tou­te­fois un peu, laissent al­ler leurs voix vers les ai­gus, vers le ly­risme, et c’est vrai­ment très beau. On en au­rait vou­lu da­van­tage, d’ailleurs. Car la mu­sique reste sous-ex­ploi­tée mal­gré la grâce du pro­jet dans son en­semble. On ter­mine sur une bonne nou­velle : Adieu Bo­hème et sa BO sont dé­sor­mais dis­po­nibles sur le site de l’Opé­ra de Pa­ris ain­si que sur You­Tube. Deux mondes qui ont vi­si­ble­ment des choses à se dire. Maxime de Abreu

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.