Tout nous sé­pare

Les Inrockuptibles - - Cinemas - de Thier­ry Kli­fa Emi­ly Bar­nett

Avec Ca­the­rine De­neuve, Diane Kru­ger, Nek­feu, Ni­co­las Du­vau­chelle (Fr., 2017, 1 h 38) Une mère et sa fille com­mettent in­vo­lon­tai­re­ment un crime et sont vic­times d’un chan­tage. Un thril­ler ha­bi­té, une ré­flexion sur la culpa­bi­li­té de classe. Un ca­davre, c’est lourd. Les femmes qui ont ten­té d’en por­ter en ont ba­vé, comme les hé­roïnes “dia­bo­liques” d’Hen­ri-Georges Clou­zot traî­nant une malle en osier aus­si pe­sante que leur alié­na­tion. Par­ve­nir à ra­con­ter ce­la, le poids d’un homme mort dans les bras de sa ou ses meur­trières, la mal­adresse et l’hor­reur du geste, est dé­jà une prouesse de mise en scène. Dans la nuit, éblouies par les phares d’une voi­ture, deux femmes is­sues de la bour­geoi­sie sé­toise (Ca­the­rine De­neuve et Diane Kru­ger) tentent d’ef­fa­cer les traces d’un crime qui va en faire les proies d’un maître chan­teur (un pe­tit caïd joué par le rap­peur et ac­teur dé­bu­tant Nek­feu). Pour son qua­trième long mé­trage, Thier­ry Kli­fa aborde pour la pre­mière fois le film noir, épau­lé à l’écri­ture par Cé­dric An­ger (au­teur de La pro­chaine fois

je vi­se­rai le coeur). Avec cette belle scène op­pres­sante et di­la­tée, le tan­dem par­vient d’em­blée à bou­ger les lignes du po­lar, à dé­pla­cer les rap­ports de force. Qui est vic­time ou cou­pable ? La jeune femme dro­guée et in­firme qui tue par ac­ci­dent ou son amant qui la frappe ? Les pe­tits escrocs de la ville, ou cer­tains puis­sants cor­rom­pus et res­pon­sables de leur mi­sère ? Dans Tout nous sé­pare, le mal est dif­fus. Il n’y a pas de sté­réo­types, mais des per­son­nages avec leurs pul­sions de mort et de pré­ser­va­tion. Avec leur culpa­bi­li­té. Celle des deux hé­roïnes est liée à leur ap­par­te­nance à une classe so­ciale éle­vée, et elle dé­ter­mi­ne­ra, suc­ces­si­ve­ment, be­soin mor­ti­fère de sou­mis­sion comme dé­sir d’adop­tion sym­bo­lique. Dom­mage que cette ten­sion ne tienne pas jus­qu’au bout et que Kli­fa sa­cri­fie un peu trop vite le genre à la fable ré­demp­trice. Mais ce n’est rien moins que ce poids mort de leur mau­vaise conscience que toutes deux traînent, suite à leur crime, dans les ma­ré­cages noc­turnes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.