La chro­nique des disques en ac­cé­lé­ré

Les Inrockuptibles - - Albums - Fran­çois Mo­reau

Le rock bouge en­core avec THE BRIAN JONESTOWN MAS­SACRE, le psy­ché­dé­lisme est ca­li­for­nien chez WOODEN SHJIPS et se mâ­tine de krau­trock avec VIVE LA VOID, RYLEY WAL­KER livre son âme, comme les ma­gni­fiques THE SAXOPHONES, en­fin, on par­ti­ra dans le space-jazz avec KAMAAL WILLIAMS.

RIEN NE LAIS­SAIT PRÉSAGER QUE, vingt ans après la sor­tie de Strung out in Hea­ven, le Brian Jonestown Mas­sacre d’An­ton New­combe s’in­vi­te­rait aus­si ré­gu­liè­re­ment sur les plan­nings an­nuels des sor­ties de disques. An­ton ra­conte même dans la presse aus­tra­lienne qu’il en­vi­sage de mon­ter un show avec ses frères en­ne­mis des Dan­dy Wa­rhols, l’an­née pro­chaine, aux alen­tours de Mel­bourne. Au­tant de bonnes nou­velles qui font de la sor­tie de So­me­thing Else, dix-sep­tième al­bum de la for­ma­tion néo­psy­ché de San Fran­cis­co, une rai­son de plus de croire que le rock’n’roll ne meurt ja­mais vrai­ment. Dé­crite comme un re­tour aux sources avec ses ryth­miques ca­rillon­nantes, cette nou­velle li­vrai­son sonne aus­si et sur­tout comme une syn­thèse épu­rée de la pé­riode ber­li­noise de New­combe, dont Auf­he­ben, sor­ti en 2012, de­meure le ma­ni­feste le plus frin­gant.

L’ex­pé­rience psy­ché­dé­lique étant un champ d’étude in­fi­ni, Ri­pley John­son et Sa­nae Ya­ma­da, aka les Li­miña­nas de Port­land, prennent congé de Moon Duo et font chambre à part le temps de deux pro­jets cou­vrant un large spectre du genre. Ri­pley re­part ain­si sur les routes avec ses Wooden Shjips et livre un cin­quième al­bum cré­pus­cu­laire de mu­sique psy­ché 100 % ca­li­for­nienne. Moins prompt aux di­gres­sions à ten­dance sto­ner des sor­ties pré­cé­dentes, V, titre que John­son en­vi­sage comme un signe de paix, fait la part belle aux in­cur­sions lu­mi­neuses et aé­riennes, à l’image de Ride on, titre lent et pro­gres­sif qui vient clô­tu­rer un disque d’une in­quié­tante beau­té. “Nous vou­lions tra­vailler sur un al­bum d’été”, écrit Ri­pley John­son, dont l’ins­pi­ra­tion pro­cède d’un rap­port contem­pla­tif à la nature et au monde du de­hors.

Tout le contraire de la dé­marche de Sa­nae Ya­ma­da qui, avec son pro­jet Vive La Void, rend compte de ses in­som­nies élec­triques sur un al­bum in­tros­pec­tif aux in­fluences krau­trock et psy­ché­dé­liques évi­dentes. Com­po­sé aux cla­viers, syn­thé­tique et sé­quen­cé, Vive La Void se dé­ploie dans une ur­gence éton­nante, tout au long d’un disque aux évo­ca­tions ci­né­ma­to­gra­phiques fortes, al­ter­nant rythmes mar­tiaux (Smoke), pul­sa­tions ner­veuses (Death Mo­ney) et nappes pleines de grâce aux re­lents am­bient (At­lan­tis).

En par­lant de grâce. En 2015, Prim­rose Green, deuxième al­bum de Ryley Wal­ker, jouait la carte de l’évo­ca­tion folk et pas­to­rale, convo­quant, jus­qu’à la po­chette même du disque, l’As­tral Weeks de Van Mor­ri­son. Trois ans plus tard, sur le titre Spoil with the Rest, Wal­ker chante “Too much guilt to confess/Too much guilt to confess”, dans une mise à nu que le kid de l’Il­li­nois vou­lait to­tale sur son der­nier al­bum. Plus direct, mais aus­si plus bi­zarre, Deaf­man Glance est mar­qué par le brou­ha­ha de la ville et la vo­lon­té d’un mu­si­cien sur­doué de tou­cher du doigt une cer­taine vé­ri­té de l’âme.

Une vé­ri­té que The Saxophones étreignent sur Songs of the Saxophones, une pre­mier al­bum com­po­sé de dix titres si­dé­rants de beau­té et de sim­pli­ci­té. Ma­gné­tique lors de son pas­sage ré­cent sur la scène du Pop-Up du La­bel, Alexi Eren­kov avait égre­né ses bal­lades pop à la ma­nière d’un Bill Cal­la­han ber­cé par les lan­gueurs des côtes bru­meuses de la Ca­li­for­nie au pe­tit ma­tin ou d’un Ch­ris Isaak igno­rant des contra­rié­tés du sen­ti­ment amou­reux. Vous n’en­ten­drez rien de plus beau avant long­temps.

Pas grand-chose à voir avec tout ce­la, mais le Lon­do­nien Hen­ry Wu, aka Yus­sef Kamaal, re­vient ce mois-ci sous le nom de Kamaal Williams avec The Re­turn, un al­bum qui marche sur les traces de Her­bie Han­cock et qui re­pousse en­core un peu plus loin les fron­tières du space-jazz. Qua­si­ment une ex­pé­rience psy­ché­dé­lique là en­core.

So­me­thing Else de The Brian Jonestown Mas­sacre (A Re­cor­dings/Dif­fer-ant), V de Wooden Shjips (Th­rill Jo­ckey/Dif­fer-ant), Vive La Void de Vive La Void (Sa­cred Bones Re­cords/Dif­fer-ant), Deaf­man Glance de Ryley Wal­ker (Dead Oceans/ Pias), Songs of the Saxophones de The Saxophones (Full Time Hob­by/Pias), The Re­turn de Kamaal Williams (Black Fo­cus Re­cords)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.