Ami avec Jeff Bu­ck­ley

Les Nouvelles de Falaise - - Trun -

Jean-vic­tor de Boer tis­se­ra, de ses an­nées à Los An­geles, des liens d’ami­tié avec le cé­lèbre Jeff Bu­ck­ley, entre 1984 et 1985. Une ami­tié qu’il cou­che­ra sur pa­pier gla­cé dans un livre, à la mort du chan­teur connu pour avoir re­pris le titre

Hal­le­lu­jah, sor­ti dans l’unique al­bum de l’ar­tiste Grace.

« C’était un per­son­nage sombre et obs­cur, comme beau­coup de per­son­na­li­tés qui ont vé­cu une pé­riode d’ex­plo­sion. Il est mort jeune*. C’est un sui­cide in­vo­lon­taire. Il est al­lé na­ger dans le Mis­sis­sip­pi. Là où il sa­vait qu’il ne fal­lait pas al­ler. Lui, il y va. Il nage avec des grosses bottes. C’est une mise à mort. Je suis sûr que quand il a vu la pé­niche pas­ser, il a dû tout faire pour sau­ver sa peau. Mais il s’est quand même mis en dan­ger. Je pense qu’il avait dé­jà tout dit et qu’il tour­nait en rond. Qu’il était an­gois­sé. Qu’il avait une pres­sion mo­nu­men­tale. Tous les cri­tiques avaient en­cen­sé son al­bum. Et là, fal­lait qu’il en­chaîne un nou­vel al­bum… »

De Jeff Bu­ck­ley, Jean-vic­tor de Boer se sou­vient « de ses doigts très très fins. La ma­tière se pliait sous ses doigts. Il avait une sou­plesse. Ça, je m’en sou­viens de son tou­cher. Si j e me sou­viens d’un truc, c’est de ça. J’ai tout écrit à sa mort. J’ai pris mille notes. J’ai mis trois ans à écrire le bouquin. Et je l’ai édi­té. Mon point de vue sur Jeff Bu­ck­ley, c’est sur sa pé­riode d’étu­diant, que lui-même a dé­crié… »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.