Fa­laise : le dé­cès de Ro­ger Nor­guet, an­cien 1er ad­joint

Conseiller mu­ni­ci­pal de 1977 à 2001, maire-ad­joint en charge des tra­vaux puis 1er ad­joint de Claude Le­teurtre, Ro­ger Nor­guet a joué un rôle im­por­tant dans la vie fa­lai­sienne. Il est dé­cé­dé le 13 oc­tobre à l’âge de 95 ans.

Les Nouvelles de Falaise - - La Une - Pas­cal LE­COQ

Dé­cé­dé l e ven­dre­di 13 oc­tobre alors qu’il était âgé de 95 ans, Ro­ger Nor­guet a été in­hu­mé mer­cre­di après-mi­di en l’église Notre-dame de Gui­bray. Fa­laise perd l’un de ses plus grands amou­reux.

Pour­tant, Ro­ger Nor­guet n’était pas un Nor­mand d’ori­gine. Né dans le sud-ouest, il avait en­suite vé­cu en ré­gion pa­ri­sienne où il di­ri­geait une usine. « C’était un fils d’ou­vriers, fier d’avoir pro­fi­té de l’as­cen­seur so­cial. Il était de­ve­nu agent de maî­trise puis chef d’ate­lier » rap­pelle Claude Le­teurtre.

Dans les an­nées 70, il quitte La Cour­neuve pour Fa­laise où son en­tre­prise, la SOTAM (qui de­vien­dra plus tard la SATAM), veut dé­lo­ca­li­ser une par­tie de son ac­ti­vi­té. « Il a vé­cu pen­dant un an à l’hô­tel avant de faire ve­nir sa fa­mille ici » .

Ra­pi­de­ment, il s’in­té­resse à la vie lo­cale. Dès 1977, il est élu conseiller mu­ni­ci­pal dans l’équipe du Doc­teur Ger­man. Puis dans les an­nées 80, re­trai­té, il prend la place la place de maire-ad­joint en charge des tra­vaux. C’est au sein de cette com­mis­sion qu’yvon­nick Tur­ban fait sa connais­sance : « nous sommes en­trés au con­seil en même temps en 1977. J’en garde un ex­cellent sou­ve­nir, j’ap­pré­ciais sa dis­po­ni­bi­li­té, son écoute. Il avait une ap­proche prag­ma­tique des choses, comme moi. Au sein de la com­mis­sion, on a pu suivre tous les tra­vaux grâce à lui, il avait le sou­ci de nous as­so­cier aux dé­ci­sions » .

À l’époque, la tâche de Ro­ger Nor­guet est com­plexe. S’il n’a pas la ges­tion de la voi­rie (alors oc­cu­pée par Gus­tave Lu­bac), il s’oc­cupe de l’en­semble des es­paces verts et sur­tout des bâ­ti­ments com­mu­naux : « il y avait alors les écoles, le ly­cée et le col­lège. Je me sou­viens de tra­vaux pour ré­pa­rer les toits du col­lège qui pre­naient l’eau » sou­ligne Yvon­nick Tur­ban. « Il avait vrai­ment un rôle im­por­tant car il s’oc­cu­pait aus­si des pom­piers, le ser­vice dé­par­te­men­tal n’avait pas en­core été créé. Il était très di­plo­mate pour faire fonc­tion­ner ce ser­vice » .

Par­mi les nom­breux dos­siers sui­vis en­semble, Yvon­nick Tur­ban se sou­vient de la sta­tion d’épu­ra­tion. « Il avait un grand sens du dé­tail » . Mais sur­tout de la ré­no­va­tion de la salle du Pres­soir qui n’était alors qu’un vieux bâ­ti­ment en mau­vais état. « C’était son pe­tit bi­jou » .

Claude Le­teurtre se re­mé­more de son cô­té le sou­tien de Ro­ger Nor­guet dans le dos­sier du Fo­rum : « c’était une con­fi- gu­ra­tion par­ti­cu­lière, le bâ­ti­ment est en­ter­ré dans le lit du Ma­res­cot. Il as­sis­tait à la pose de chaque pieu pour vé­ri­fier qu’il n’y avait pas de sou­cis » .

Ce lien de confiance, c’est ce qui a pous­sé l’an­cien chi­rur­gien à nom­mer Ro­ger Nor­guet 1er ad­joint en 1995 lors de son deuxième man­dat : « il n’y avait pas une faille dans son hon­nê­te­té, j’avais une confiance to­tale en lui, je sa­vais qu’il fe­rait les choses comme il faut. À l’époque, je tra­vaillais en­core à l’hô­pi­tal, j’étais au Con­seil gé­né­ral, j’étais beau­coup pris. Ro­ger était le maire du quo­ti­dien » .

En 2001, l’élu avait dé­ci­dé de prendre du re­cul. Jus­qu’en 2016, il a vé­cu pai­si­ble­ment chez lui. « Et puis la mort de sa femme lui avait fi­chu un coup, la so­li­tude lui pe­sait. En plus c’était un homme d’ordre et il ne pou­vait plus tondre sa pe­louse lui-même. Alors il avait dé­ci­dé d’al­ler à la ré­si­dence Al­ma. Il était en­core très to­nique, or­ga­ni­sa­teur de pe­tites choses. Il li­sait pas mal. Je l’ai en­core vu la veille de son dé­cès » lâche Claude Le­teurtre avec de l a tris­tesse dans la voix.

Après Jean Sal­le­nave et Li­liane Gal­lon, c’est un autre membre de son an­cien con­seil mu­ni­ci­pal qui quitte ce monde : « j’éprouve de la nos­tal­gie en me rap­pe­lant tout ce que cette équipe a fait pour Fa­laise » .

L’homme de confiance

Ro­ger Nor­guet a mar­qué de son em­preinte la ville de Fa­laise. Aux ser­vices tech­niques, ave­nue de Ver­dun, la place porte son nom.

Ro­ger Nor­guet était à l’ori­gine de la ré­no­va­tion du Pres­soir.

Claude Le­teurtre se sou­vient qu’il avait as­sis­té à la pose de chaque pieu du Fo­rum.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.