Des éclair­cies sur le lit­to­ral fran­çais

La re­prise des tran­sac­tions, amor­cée l’an­née der­nière, s’est confir­mée au pre­mier se­mestre 2016. Les ache­teurs ont la main, les pro­prié­taires ré­ajustent leurs prix.

L'Expansion - - Enquetes -

se­mestre 2016. Une re­prise du mar­ché qui est due à un ré­ajus­te­ment des prix. Les ache­teurs sont at­ten­tifs et peuvent se mon­trer très pa­tients pour trou­ver la perle rare. « Sur In­ter­net, ils zappent les biens qui ne cor­res­pondent pas à leur bud­get. Ils vi­sitent et com­parent beau­coup plus qu’au­pa­ra­vant », com­mente An­toine Les­tur­gie, de l’agence Guy Ho­quet de SaintNa­zaire. Face à l’exi­gence des ache­teurs, les pro­prié­taires se ré­signent à lâ­cher du lest : beau­coup af­fichent leurs ap­par­te­ments et mai­sons à des prix in­fé­rieurs à leurs es­pé­rances ini­tiales. Autre ef­fet no­table : ce­lui de la loi Pi­nel, qui ré­duit l’im­pôt pour l’ac­qui­si­tion d’un bien neuf (à condi­tion que ce­lui­ci soit mis en lo­ca­tion du­rant six ans mi­ni­mum) et qui pro­fite aux villes cô­tières. De plus, les taux d’em­prunt his­to­ri­que­ment bas ( proches de 1,6 % pour un cré­dit à vingt ans hors as­su­rances) bé­né­fi­cient à une clien­tèle sol­vable, prête à in­ves­tir dans une ré­si­dence se­con­daire et qui pré­fère contrac­ter un em­prunt plu­tôt que de vi­der ses bas de laine. Mais si le mar­ché re­prend glo­ba­le­ment des cou­leurs, la si­tua­tion est tou­jours très contras­tée se­lon les sta­tions. Les re­le­vés réa­li­sés par Or­pi pour L’Ex­pan­sion illus­trent ce grand écart : s’il faut dé­bour­ser plus de 10 000 eu­ros le mètre car­ré à Saint-Tro­pez, les ta­rifs

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.