« Bar­ba­ra » de Ma­thieu Amal­ric

Ma­thieu Amal­ric se livre à un fas­ci­nant exer­cice en mê­lant ar­chives et fic­tion.

L'Histoire - - Sommaire -

On pour­rait croire une « vie » de Bar­ba­ra bien loin des ré­flexions et des pré­oc­cu­pa­tions, même vi­suelles, des his­to­riens. Il n’en est rien : le film de Ma­thieu Amal­ric, por­té par une ac­trice en état de grâce, Jeanne Ba­li­bar dans le rôle-titre, est d’abord un ob­jet étran­ge­ment ex­pé­ri­men­tal, re­je­tant toute idée de bio­pic conven­tion­nel, frag­men­tant le per­son­nage en fa­cettes contra­dic­toires, in­ter­ro­geant sa puis­sance my­thique. Mais Bar­ba­ra est aus­si une très belle forme his­to­rique.

Le film est ain­si par­cou­ru par une in­ter­ro­ga­tion constante sur le sta­tut de l’ar­chive vi­suelle, met­tant en scène par son mon­tage des do­cu­ments épous­tou­flants sur la chan­teuse aux­quels le réa­li­sa­teur d’au­jourd’hui se confronte en les re­fai­sant : trente se­condes d’au­tre­fois, trente se­condes de pré­sent… Ce n’est pas tout à fait la fa­bri­ca­tion de faux, puisque chaque spec­ta­teur sait per­ti­nem­ment de­vant quelle image il se trouve, mais plu­tôt un jeu his­to­rien sur ce que le vrai ap­porte à la fic­tion et ce que le faux ré­vèle des po­ten­tia­li­tés de jus­tesse de l’ar­chive.

Le per­son­nage de Bar­ba­ra de­vient une double in­car­na­tion de l’his­toire de France. D’un cô­té, le film sou­ligne le ca­rac­tère sa­cré d’une telle chan­teuse trans­for­mée en icône cultu­relle, via un culte au­quel adhèrent des mil­liers, puis des cen­taines de mil­liers de fi­dèles – c’est bien ce qui se joue lors des concerts, fer­veur ty­pi­que­ment fran­çaise ad­mi­ra­ble­ment ren­due par le mé­lange de do­cu­ments d’époque et de leurs re-en­act­ment au pré­sent. De l’autre cô­té, Bar­ba­ra ap­pa­raît par la ma­gie et la vo­lon­té de Jeanne Ba­li­bar comme une sorte de « Ma­rianne » contem­po­raine : com­ment, par sa vie, ses choix, les res­pon­sa­bi­li­tés qu’elle prend, une pe­tite Juive d’ukraine en vient-elle à ré­su­mer l’his­toire de la France de 1930 à 1997 ?

Par le gé­nie et la fo­lie, Bar­ba­ra, la femme, et Bar­ba­ra, le film, fi­nissent ain­si par tis­ser entre eux une trame si in­ex­tri­cable qu’elle en vient à dire tout de l’au­ra d’un per­son­nage. n A. de B.

À VOIR

Bar­ba­ra M. Amal­ric, en salles le 6 sep­tembre.

La chan­teuse (Jeanne Ba­li­bar) et son met­teur en scène (Ma­thieu Amal­ric).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.