Bap­ti­sés de force

Le Bap­tême for­cé des en­fants juifs. Ques­tion sco­las­tique, en­jeu politique, échos contem­po­rains

L'Histoire - - Guide -

El­sa Mar­mursz­te­jn Les Belles Lettres, 2016, 558 p., 35 €. Vers 615, le roi wi­si­goth Si­se­but or­donne la convers ion gé­né­rale des Juifs en son royaume. Un geste in­ouï et sans pré­cé­dent dans l’his­toire des rap­ports entre Juifs et chré­tiens qui, plusieurs siècles plus tard, ser­vi­ra de mo­dèle ou de re­pous­soir. Le livre d’el­sa Mar­mursz­te­jn (maître de confé­rences à l’uni­ver­si­té de Reims) part pré­ci­sé­ment des dé­bats qui agi­tèrent les théo­lo­giens du xiiie et du xive siècle au­tour de la ques­tion du bap­tême for­cé des Juifs. C’est avant tout à une plon­gée dans l’uni­vers de la sco­las­tique que l’au­teure in­vite. Elle montre en pre­mier lieu que les com­men­taires des uns et des autres – Tho­mas d’aquin en tête – consti­tuèrent le la­bo­ra­toire dans le­quel le bap­tême, mais aus­si la contrainte et le consen­te­ment furent re­dé­fi­nis. Au dé­but du xive siècle, le fran­cis­cain Duns Scot va jus­qu’à jus­ti­fier le rapt des en­fants juifs en ar­guant que les pa­rents, mar­qués du sta­tut de leur « ser­vi­tude », doivent se sou­mettre à la puis­sance et à la ju­ri­dic­tion du prince. Loin d’une his­toire doc­tri­nale, l’au­teure éclaire donc d’un jour nou­veau le pro­jet politique d’une so­cié­té en­tiè­re­ment chré­tienne, ain­si que l’his­toire de l’en­fance et de ses re­pré­sen­ta­tions, au tra­vers du cas des in­fan­ti­cides qu’au­raient per­pé­trés les Juifs de la ré­gion rhé­nane, après l’ap­pel à la pre­mière croi­sade.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.