Élé­va­tion spi­ri­tuelle

L'Histoire - - L’atelier Des Chercheurs -

Ô royaume de la béa­ti­tude éter­nelle où les saints te ver­ront face à face, Sei­gneur, toi es­poir des saints et dia­dème de gloire, les ré­jouis­sant en­tiè­re­ment de ta paix qui dé­passe toute concep­tion ! Là est la joie in­fi­nie, l’al­lé­gresse sans tris­tesse, le sa­lut sans dou­leur, la vie sans la­beur, la lu­mière sans té­nèbres, la vie sans mort, tout bien sans au­cun mal. La jeu­nesse n’y vieillit ja­mais, la vie n’y connaît pas de terme, la beau­té n’y pâ­lit ja­mais, l’amour ne s’y at­tié­dit ja­mais, la san­té ne s’y al­tère ja­mais, la joie ne s’y di­mi­nue ja­mais, la dou­leur n’y est ja­mais res­sen­tie, les gé­mis­se­ments n’y sont ja­mais en­ten­dus, au­cune tris­tesse n’y est vue, l’al­lé­gresse y est tou­jours sen­tie, au­cun mal n’y est vu, car l’on y pos­sède le bien su­prême qui est de tou­jours voir le vi­sage du Sei­gneur des ver­tus. Heu­reux donc ceux qui ont mé­ri­té d’échap­per au nau­frage de la vie pré­sente pour dé­sor­mais par­ve­nir à de si grandes joies !” Ber­noald de Saint-ma­rien, Les So­li­loques, chap. XXXV, xiiie siècle, trad. C. Gi­raud.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.