Po­pu­laire oui, so­cial non !

L'Histoire - - On Va En Parler -

Dans L’his­toire se ré­pète tou­jours deux fois (La­rousse, 2017), Di­mi­tri Ca­sa­li écrit, p. 166 : « En France, au len­de­main de la Grande Guerre, le sen­ti­ment na­tio­na­liste est ar­dem­ment par­ta­gé entre les roya­listes de l’ac­tion fran­çaise et la ligue des Croix-de-feu ; cette der­nière pro­fi­te­ra de son im­mense po­pu­la­ri­té pour créer un par­ti po­li­tique, le Par­ti po­pu­laire fran­çais (PPF). Por­té par l’an­cien com­mu­niste Jacques Do­riot, le PPF… » . Fâ­cheuse confu­sion : après leur dis­so­lu­tion en tant que ligue, les Croixde-feu du co­lo­nel La Rocque ont bien fon­dé un par­ti, le Par­ti so­cial fran­çais (PSF), bien dis­tinct du PPF de Do­riot ; ce der­nier fut col­la­bo­ra­tion­niste alors que La Rocque s’en­ga­gea dans la Ré­sis­tance.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.