La sé­lec­tion de « L’his­toire »

Re­vues Le pre­mier nu­mé­ro de la re­vue en­tiè­re­ment tra­duit en an­glais vient de pa­raître.

L'Histoire - - Sommaire -

An­nales 71st Year, n° 1

Le pro­jet a été lan­cé fin 2006 : face aux évo­lu­tions des modes de dif­fu­sion de la re­cherche et à une di­mi­nu­tion des ventes des An­nales en pa­pier (di­vi­sées par trois entre les an­nées 1980 et les an­nées 2010), le di­rec­teur de la ré­dac­tion d’alors, An­toine Lil­ti, et l’en­semble du co­mi­té dé­cident de pré­pa­rer une tra­duc­tion an­glaise. Dé­faite de la langue fran­çaise ? Cer­tains abon­nés ont écrit à la re­vue pour s’en plaindre, ad­met son ac­tuel di­rec­teur, Étienne An­heim. Il s’en dé­fend : « Les au­teurs conti­nuent d’écrire dans leur propre langue, le fran­çais le plus sou­vent. L’an­glais n’est, en quelque sorte, qu’une langue de trans­mis­sion, la langue vé­hi­cu­laire de la re­cherche d’au­jourd’hui. » Le pre­mier nu­mé­ro est ac­ces­sible en ligne en 2012 sur le site Cairn in­ter­na­tio­nal. Au­jourd’hui, les nu­mé­ros sont aus­si dis­po­nibles sur pa­pier. Ce­la a sup- po­sé la mise en place d’un se­cré­ta­riat de ré­dac­tion an­glo­phone, au­jourd’hui pi­lo­té par Ch­loe Mor­gan, « car tra­duire ne re­pré­sente que 50 % du tra­vail, sou­ligne Étienne An­heim, il faut aus­si édi­ter les textes : tout n’est pas trans­po­sable sim­ple­ment. Par exemple, que faire du mot “dis­po­si­tif” si sou­vent uti­li­sé de­puis Fou­cault en so­cio­lo­gie ? Le lais­ser en fran­çais ? Le tra­duire ? » Il a fal­lu consti­tuer une équipe de tra­duc­teurs spé­cia­li­sés, en­ca­drés par deux membres du co­mi­té édi­to­rial, Ni­co­las Bar­reyre et Ste­phen Sawyer. L’ex­pé­rience est un suc­cès : le taux de dif­fu­sion de la re­vue a consi­dé­ra­ble­ment aug­men­té – en par­ti­cu­lier dans des ré­gions du monde où elle n’était pas pré­sente jusque-là, comme l’asie. Les pro­po­si­tions d’ar­ticles sont elles aus­si plus nom­breuses, non seule­ment de la part de cher­cheurs an­glo­phones, mais aus­si de cher­cheurs fran­çais sou­cieux de dif- fu­ser leur tra­vail au-de­là de la fran­co­pho­nie. Pour Étienne An­heim, « cet as­pect, que nous n’avions pas an­ti­ci­pé, montre bien que notre dé­marche ré­pond à un réel be­soin » . La bonne nou­velle a été la pro­po­si­tion en 2015 du se­nior edi­tor de Cam­bridge Uni­ver­si­ty Press, édi­teur à la force de frappe im­por­tante. Une conven­tion de co­édi­tion est si­gnée pour cinq ans en 2016 ; le pre­mier nu­mé­ro en an­glais pa­raît en 2017 – avec un an de dé­ca­lage par rap­port à sa ver­sion fran­çaise. « Car il s’agit bien de ne rien ôter à la vie de la re­vue fran­çaise », qui s’af­fiche comme telle à l’in­ter­na­tio­nal, ne se­rait-ce que par le main­tien d’un titre in French : An­nales. His­toire, sciences so­ciales.

An­nales. His­toire, sciences so­ciales Di­rec­teur : Étienne An­heim EHESS, 105, bou­le­vard Ras­pail, 75006 Pa­ris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.