Sciences na­tu­relles, sciences si hu­maines

Libération - - IDÉES - Les conférences pro­non­cées en 2017 par Pa­trick Bou­che­ron et Fran­çois Har­tog viennent d’être pu­bliées: l’His­toire à ve­nir, Ana­char­sis, 78 pages, 13 eu­ros).

Hu­main, non-hu­main. Lors de sa deuxième édi­tion, le Fes­ti­val tou­lou­sain «L’his­toire à ve­nir» (de jeu­di à di­manche) va par­ler ani­maux, dieux, plantes, ro­bots, chi­mères et tech­no. Bref, creu­ser les re­la­tions que les hommes en­tre­tiennent avec tout ce qui n’est pas eux. Après les big da­ta l’an pas­sé, les ren­contres, dont Libé est par­te­naire, se col­tinent en­core l’ac­tua­li­té : il se­ra ques­tion de trans­hu­ma­nisme, de neu­ro­bio­lo­gie, de bre­ve­ti­sa­tion du vi­vant et d’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle pen­dant quatre jours. Mais aus­si de la meilleure ma­nière de les ap­pro­cher. Les sciences hu­maines et l’his­toire ont-elles en­core leur mot à dire quand les sciences du vi­vant et la tech­no­lo­gie prennent toute la place ? Le so­cial est-il ré­duc­tible au bio­lo­gique ? Les his­to­riens Jean-Bap­tiste Fressoz et Sylvie Chaperon, qui in­ter­vien­dront lors du fes­ti­val, montrent au contraire le rôle ca­pi­tal que peuvent jouer l’his­toire ou la so­cio­lo­gie pour ac­com­pa­gner ou contre­dire les sa­vants, qu’ils cherchent à lé­gi­ti­mer au nom de la na­ture et du cer­veau des iné­ga­li­tés bien so­ciales ou tentent de re­prendre d’une main bien hu­maine le contrôle sur le non hu­main qui nous en­toure.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.