LA FAILLE MAN­DAN­DA

Libération - - SPORTS -

Hu­go Llo­ris (Tot­ten­ham) Steve Man­dan­da (Mar­seille) Al­phonse Areola (Pa­ris-SG)

Sous les pa­vés des cer­ti­tudes et de l’ha­bi­tude, la plage de la prise de risque et le poi­son du dan­ger. In­ter­na­tio­nal de­puis dix ans pile, le por­tier de l’Olym­pique de Mar­seille Steve Man­dan­da (33 ans) est à la sé­lec­tion tri­co­lore ce qu’un plot est à une séance d’en­traî­ne­ment : un mar­queur, mais aus­si un élé­ment du dé­cor s’étant tel­le­ment fon­du dans le pay­sage que plus per­sonne ne le re­marque ; le sta­tut de deuxième gar­dien der­rière Hu­go Llo­ris que le na­tif de Kin­sha­sa en­dosse de­puis 2009 le can­ton­nant à la cou­lisse les soirs de match. Ain­si, on pour­rait voir dans l’éli­gi­bi­li­té du gaillard pour la Coupe du monde russe une rou­tine, la paire de cha­ren­taises bleu-blanc-rouge aux pieds du Mon­dial. Et on au­rait tort. Man­dan­da, c’est aus­si deux bles­sures mus­cu­laires en 2018 : en cas de bles­sure ou de sus­pen­sion de Llo­ris, l’équipe de France re­po­se­ra ain­si sur un sol meuble. D’au­tant que le troi­sième por­tier, Al­phonse Areola (25 ans), est un joueur entre deux eaux de­puis son re­tour dans son club for­ma­teur du Pa­ris-SG en 2016 ; suf­fi­sam­ment pro­met­teur pour être li­gné mais in­suf­fi­sam­ment fort pour écar­ter la ten­ta­tion de faire ve­nir un vrai ca­dor du poste dans la ca­pi­tale. Sté­phane Ruf­fier au­rait été un rem­pla­çant plus cré­dible. Mais si le Sté­pha­nois ac­cepte le poste de dou­blure, il ne veut pas de ce­lui de troi­sième gar­dien. Dit au­tre­ment : c’était Man­dan­da ou Ruf­fier. Et Des­champs a choi­si Man­dan­da, ins­tal­lant une fra­gi­li­té au coeur de l’équipe tri­co­lore.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.