5 ou 9 mil­lions de pauvres en France ?

Libération - - LA UNE - Par TONINO SE­RA­FI­NI

A par­tir de quel seuil est-on dans la mi­sère ? Un rap­port de l’Ob­ser­va­toire des in­éga­li­tés ren­du pu­blic ce ven­dre­di sug­gère de re­voir le mode de cal­cul en vi­gueur qui met sur le même plan trop de si­tua­tions hé­té­ro­gènes et se ré­vèle in­opé­rant, voire dé­cou­ra­geant.

Les chiffres sont tê­tus, mais cha­cun peut leur faire dire ce qu’il sou­haite. Il en va ain­si des sta­tis­tiques re­la­tives à la pau­vre­té. De nom­breuses don­nées sont je­tées en pâ­ture, sans vrai­ment être ques­tion­nées, ana­ly­sées ou mises en pers­pec­tive. Ce qui n’aide pas à com­prendre un phé­no­mène com­plexe aux ra­cines mul­tiples, sou­ligne l’Ob­ser­va­toire des in­éga­li­tés (1) dans un rap­port pu­blié ce ven­dre­di. Ce do­cu­ment re­bat as­sez ra­di­ca­le­ment les élé­ments du dé­bat sur la pau­vre­té. Il re­met en dis­cus­sion de nom­breuses sta­tis­tiques, à com­men­cer par celle concer­nant le nombre de pauvres.

Se­lon le cur­seur le plus fré­quem­ment uti­li­sé (60 % du re­ve­nu mé­dian, qui s’élève à 1 710 eu­ros men­suels), la France compte 8,8 mil­lions de pauvres, soit 14 % de sa po­pu­la­tion dont 3 mil­lions d’en­fants. Une don­née que l’étude ques­tionne et conteste car elle ag­glo­mère à la fois des per­sonnes vi­vant dans une pré­ca­ri­té ab­so­lue avec un RSA de 488 eu­ros, et des fa­milles avec deux en­fants de plus de 14 ans, dis­po­sant d’un re­ve­nu men­suel qui peut al­ler jus­qu’à 2 565 eu­ros (lire ci-des­sous). Evi­dem­ment, tout cur­seur, tout ou­til sta­tis­tique a ses im­per­fec­tions, mais l’Ob­ser­va­toire des in­éga­li­tés consi­dère qu’à force de bras­ser large et de mê­ler des choses pas vrai­ment com­pa­rables, on donne du grain à moudre à ceux qui veulent re­mettre en cause le «mo­dèle so­cial fran­çais qui est pour­tant l’un des plus per­for­mants d’Eu­rope». C’est ser­vir sur un pla­teau un ar­gu­ment choc: à quoi bon dé­pen­ser «un po­gnon de dingue» dans la po­li­tique so­ciale si on a quand même 8,8 mil­lions de pauvres ? Ar­gu­ment que le rap­port taille en pièces en mon­trant que sans les al­lo­ca­tions et aides pu­bliques en fa­veur des per­sonnes les plus dé­fa­vo­ri­sées, les chiffres de la pau­vre­té se­raient bien plus éle­vés.

Autre pon­cif ba­layé avec des sta­tis­tiques, qui sont ra­re­ment mises sur la place pu­blique car un peu com­plexes à étayer : con­trai­re­ment à une idée re­çue, on ne reste pas pauvre toute sa vie. Le monde de la pau­vre­té est consti­tué d’un flux conti­nuel d’en­trées et de sor­ties. Le rap­port sou­ligne à ce su­jet que la France est l’un des pays d’Eu­rope où les gens qui tombent dans la pau­vre­té le res­tent le moins long­temps. •

(1) L’Ob­ser­va­toire des in­éga­li­tés est une as­so­cia­tion qui scrute l’évo­lu­tion de la pau­vre­té et les in­éga­li­tés.

PHO­TO DA­VID BETZINGER. HANS LU­CAS

Au cam­ping de la Ber­ge­reine à Mé­li­sey (Haute-Saône), le moins cher de France, le 1er août 2016.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.