LI­BÉ.FR

Libération - - ÉVÉNEMENT - Es­sen­tielle dans le fonc­tion­ne­ment des so­cié­tés.»

li­té de «tra­cer et gé­né­rer des in­for­ma­tions sur leurs com­por­te­ments fi­nan­ciers, et d’ex­ploi­ter ces in­for­ma­tions pour pro­po­ser des ser­vices de cré­dit, d’as­su­rance, etc.» Une au­baine pour les ac­teurs du sec­teur. Mais aus­si un ou­til de pis­tage et de contrôle – par­ti­cu­liè­re­ment re­dou­table aux mains de ré­gimes au­to­ri­taires.

An­cien pré­sident du Conseil na­tio­nal du nu­mé­rique (CNNum), Be­noît Thieu­lin voit par ailleurs dans l’ho­ri­zon d’une so­cié­té sans cash un sé­rieux risque d’ef­fet de bord. «Ce­la pose évi­dem­ment beau­coup de pro­blèmes en termes de pro­tec­tion des in­di­vi­dus et de leurs don­nées, mais il y a aus­si une ques­tion d’ef­fi­ca­ci­té, avance-t-il. Sion dé­cide de contrô­ler les échanges éco­no­miques via des tran­sac­tions com­plè­te­ment tra­çables, la con­sé­quence se­ra un énorme ef­fet d’évic­tion vers les cryp­to­mon­naies, qui échappent au contrôle des Etats et des banques cen­trales. On ne peut pas se fo­ca­li­ser sur la sup­pres­sion des mon­naies phy­siques sans se po­ser ce type de ques­tions.»

En­fin, dans cette ma­tière comme dans toutes les autres, le pas­sage au tout-nu­mé­rique pose la ques­tion du bon fonc­tion­ne­ment et de la vul­né­ra­bi­li­té des sys­tèmes in­for­ma­tiques. En avril, puis en août de cette an­née, la banque mo­bile bri­tan­nique TSB a su­bi deux grosses pannes. En juin, c’est Vi­sa qui a es­suyé une panne ma­jeure en Eu­rope. A l’heure du chan­ge­ment cli­ma­tique, quid d’une cou­pure des ré­seaux en cas de ca­tas­trophe na­tu­relle ? Sans comp­ter le risque de cy­be­rat­taque : des groupes de pi­rates in­for­ma­tiques se sont fait une spé­cia­li­té de ci­bler les ins­ti­tu­tions fi­nan­cières, et les opé­ra­tions de sa­bo­tage sur les­quelles plane l’ombre de cer­tains Etats ne sont plus une hy­po­thèse de tra­vail, mais une réa­li­té de plus en plus pré­oc­cu­pante.

«DÉ­CI­SIONS D’EX­PERTS»

«Dans une so­cié­té sans cash, il y a un risque de désor­ga­ni­sa­tion com­plète», sou­ligne Jean-Mi­chel Ser­vet. Comme d’autres, ce «fervent par­ti­san de la di­ver­si­té des moyens mo­né­taires» plaide pour un vé­ri­table dé­bat dé­mo­cra­tique sur le su­jet : «On se trouve face à des dé­ci­sions d’ex­perts alors qu’il s’agit d’une ques­tion

Et de conclure en lan­çant ce slo­gan: «Pour vivre heu­reux, vi­vons “ca­shés” !»

AMAELLE GUITON

Che­ckNews.

Notre équipe a ré­pon­du à la ques­tion «Un vo­leur peut-il faire au­tant de paie­ments sans contact qu’il veut avec ma carte bleue ?» et la ré­ponse est plu­tôt ras­su­rante.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.