Aux EtatsU­nis, l’obé­si­té pèse sur le re­cru­te­ment

Ar­mée

Libération - - MONDE -

Le Pen­ta­gone a du mal à re­cru­ter car les jeunes Amé­ri­cains sont trop gros, et même lors­qu’ils par­viennent à s’en­rô­ler, ils sont de plus en plus nom­breux à être en sur­poids, ce qui af­fecte leur ef­fi­ca­ci­té au com­bat. Se­lon des chiffres du Pen­ta­gone da­tant de 2015, 71 % des Amé­ri­cains âgés de 17 à 24 ans ne sont pas qua­li­fiés pour ser­vir dans les forces ar­mées pour des rai­sons de sur­poids, de ni­veau d’édu­ca­tion in­suf­fi­sant, de pas­sé cri­mi­nel ou d’usage de stu­pé­fiants. Et sur les jeunes dé­si­reux de s’en­rô­ler, l’obé­si­té en dis­qua­li­fie près d’un tiers (31 %). Ré­sul­tat, pour la pre­mière fois de­puis 2005, l’ar­mée de terre n’a pas en­rô­lé au­tant de re­crues qu’elle l’au­rait vou­lu cette an­née, alors que la car­rière mi­li­taire re­vêt un cer­tain pres­tige aux Etats-Unis. Le di­rec­teur du re­cru­te­ment, le gé­né­ral Joe Gal­lo­way, a an­non­cé le mois der­nier à la presse que sa force avait re­cru­té en 2018 6 500 per­sonnes de moins qu’es­pé­ré. Le rap­port note que l’obé­si­té af­fecte aus­si les sol­dats d’ac­tive : en 2015, 7,8 % d’entre eux étaient consi­dé­rés comme étant en sur­poids, un chiffre en hausse de 73 % par rap­port à 2011.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.