: Cinq sur cinq /

Sor­tis des coffres

Libération - - IMAGES -

S’il n’est pas rare qu’une mai­son de disques re­fuse l’al­bum d’un ar­tiste, il ar­rive par­fois qu’un mu­si­cien change d’avis et aban­donne lui­même un de ses pro­jets. Dans ces cas-là, il fi­nit gé­né­ra­le­ment par re­faire sur­face quelques an­nées après.

1 Pri­mal Scream

Give Out But Don’t Give Up, The Ori­gi­nal Mem­phis Re­cor­dings (1993, 2018)

En 1992, un an après la sor­tie de leur al­bum Screa­ma­de­li­ca, mar­queur so­nore d’une gé­né­ra­tion, entre rock in­dé et house mu­sic, les Pri­mal Scream sont an­xieux. Leur la­bel Creation veut un nou­vel al­bum. Se sou­ve­nant d’un sé­jour à Mem­phis où le groupe avait en­re­gis­tré un EP, le chan­teur Bob­by Gilles­pie saute sur la pro­po­si­tion d’en­re­gis­trer avec le pro­duc­teur Tom Dowd, qui s’est fait un nom du­rant l’âge d’or d’At­lan­tic. Après cinq se­maines de tra­vail in­tense, les mu­si­ciens sont pris d’un gros doute à l’écoute du mix fi­nal : ils vou­laient un al­bum un peu punk dans l’âme, Give Out But Don’t Give Up est car­ré et roots. Re­ve­nus à Londres, ils aban­donnent les bandes au la­bel qui com­mande un nou­veau mix à di­vers pro­duc­teurs, et l’al­bum de­vient un Screa­ma­de­li­ca rock’n’roll, ban­cal mais fu­rieux. Fin 2016, le gui­ta­riste An­drew Innes re­trouve une cas­sette du mix de Mem­phis au fond d’un car­ton et tombe sous le charme. Et vingt­cinq ans après tard, le disque sort en­fin dans sa ver­sion ori­gi­nale, brute.

2 The Cult Peace (1986, 2000)

Gri­sés par le suc­cès de leur deuxième al­bum, Love, les membres de The Cult sont en plein ques­tion­ne­ment en 1986 : comme faire évo­luer leur goth-rock psy­ché­dé­lique sans se cou­per de leur pu­blic ? Ils s’en­ferment en stu­dio avec leur pro­duc­teur, Steve Brown, ac­couchent de 12 titres, fi­na­lisent le mix… et dé­testent le ré­sul­tat fi­nal ! A la ré­écoute de Peace, ils dé­cident de tout re­prendre avec un autre pro­duc­teur. Le chan­teur, Ian Ast­bu­ry, et le gui­ta­riste, Billy Duf­fy, jettent leur dé­vo­lu sur Rick Ru­bin, pro­duc­teur de 23 ans, à la tête de Def Jam, qui vient de tra­vailler avec Slayer. Ru­bin ac­cepte et, ré­so­lu à les faire son­ner «rock» (il leur de­mande au pre­mier contact s’ils tiennent à leur «mu­sique an­glaise de fiotte»), mo­dèle The Cult pour les trans­for­mer en re­je­tons d’AC/DC. Suc­cès com­mer­cial, Elec­tric ouvre au groupe les portes des stades amé­ri­cains. Peace, lui, res­sor­ti­ra dans un cof­fret de ra­re­tés en 2000.

3 The Mis­fits Sta­tic Age (1980, 2001)

En 1980, le groupe de punk hard­core amé­ri­cain The Mis­fits se pré­pare à sor­tir son pre­mier al­bum, Sta­tic Age, quand il ex­plose en vol, avec le dé­part de son gui­ta­riste, Bob­by Steele. Les 12 titres du disque dé­jà en­re­gis­trés ser­vi­ront pour cer­tains de singles, mais The Mis­fits se ré­in­vente et adopte une ima­ge­rie de film d’hor­reur qui va faire sa (re­la­tive) gloire. Après deux al­bums, le duo fon­da­teur, Glenn Dan­zig et Jer­ry On­ly, se sé­pare en 1983 et se brouille, jus­qu’à se traî­ner de­vant les tri­bu­naux. En oc­tobre 2001, ils font pour­tant front quand le la­bel Ca­ro­line res­sort Sta­tic Age sous le titre 12 Hits From Hell : The MSP

Ses­sions. Fu­rieux du mas­te­ring, des notes du li­vret et de la po­chette, ils mettent leur ve­to et ob­tiennent le re­trait im­mé­diat du disque. Les quelques exem­plaires ven­dus en Eu­rope juste avant servent de­puis de mas­ters pour les boot­leg­gers qui le ré­éditent ré­gu­liè­re­ment.

4 Bruce Spring­steen The Ties That Bind (1979, 2015)

A l’au­tomne 1979, Bruce Spring­steen s’ap­prête à fi­nir son cin­quième al­bum, que son la­bel, CBS, compte sor­tir pour Noël. Spring­steen prend son temps pour choi­sir l’ordre des titres de The Ties That Bind et fi­nit par ju­ger qu’il n’a pas com­plè­te­ment creu­sé la thé­ma­tique de l’al­bum. La sor­tie est re­pous­sée et il écrit du­rant toute l’an­née 1980. Tel­le­ment d’ailleurs que le disque de­vient double et que les nou­veaux titres ne collent plus avec ceux dé­jà en­re­gis­trées. The Ties That Bind est mis de cô­té, les mas­ters ran­gés au coffre et, de 10 titres, Spring­steen passe à 19 (sans comp­ter ceux lais­sés de cô­té). Le 17 oc­tobre 1980 pa­raît The Ri­ver, qui s’écou­le­ra à 6 mil­lions d’exem­plaires aux Etats-Unis. The Ties That Bind ré­ap­pa­raî­tra, lui, en 2015 dans le cof­fret des 35 ans de The Ri­ver.

5 Da­vid Bo­wie The Gous­ter (1974, 2016)

Lors de sa tour­née amé­ri­caine de 1974, Da­vid Bo­wie trans­forme son in­té­rêt pour les mu­siques noires amé­ri­caines en ob­ses­sion. Cap­ti­vé par la soul de Phi­la­del­phie qu’il en­tend à la ra­dio, il dé­cide de se rendre di­rec­te­ment à la source et ré­serve le stu­dio Sig­ma Sound avec des mu­si­ciens lo­caux. Sept titres de «plas­tic soul» sont mis en boîte. C’est suf­fi­sant pour un al­bum, qu’il in­ti­tule The Gous­ter. Quinze jours après le mixage, le pro­duc­teur To­ny Vis­con­ti re­çoit un ap­pel de Bo­wie qui l’in­forme qu’il a en­re­gis­tré deux titres avec John Len­non et veut re­prendre tout le disque. Plu­sieurs chan­ge­ments d’ordre et un nou­veau mixage plus tard, The Gous­ter a dis­pa­ru et lais­sé place à Young Ame­ri­cans .Il fau­dra at­tendre la sor­tie du cof­fret Who Can I Be Now ? [1974-1976] en 2016 pour que l’al­bum re­fasse sur­face dans sa forme ori­gi­nelle.

BE­NOÎT CARRETIER

CA­ME­RA PRESS/STEVE DOUBLE

Pri­mal Scream en 1993, à l’époque de Give Out But Don’t Give Up, al­bum qui res­sort dans son mix ori­gi­nal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.