L’an­cien coif­feur Pas­cal Sau­valle de­vient co­mé­dien à temps plein

En moins d’un an, Pas­cal Sau­valle a pris un vi­rage à 180 de­grés. Le coif­feur a ran­gé ci­seaux et peigne pour se consa­crer plei­ne­ment à sa car­rière de co­mé­dien. Il monte, il monte…

L'Impartial - - A La Une -

De­puis notre der­nier en­tre­tien en août 2016, il s’en est pas­sé des choses pour Pas­cal Sau­valle. Ce­lui qui en­ta­mait une car­rière de co­mé­dien a ven­du son salon de coif­fure de Tour­ny pour se consa­crer plei­ne­ment à sa nou­velle pas­sion : le cinéma.

En un an, l’an­cien coif­feur a mul­ti­plié les fi­gu­ra­tions. Pas­cal Sau­valle a no­tam­ment tour­né dans Ma­ry­line sous la di­rec­tion de Guillaume Gal­lienne, le réa­li­sa­teur du film Les gar­çons et Guillaume à table ! sor­ti en 2013. S’il n’a pas eu la chance de par­ta­ger une scène avec Va­nes­sa Pa­ra­dis, le quin­qua­gé­naire avoue avoir ado­ré jouer pour Guillaume Gal­lienne.

Sa car­rière ci­né­ma­to­gra­phique s’est pour­sui­vie avec un court-mé­trage pour les écoles de cinéma. « On était en­vi­ron qua­rante à pos­tu­ler et j’ai été re­te­nu », af­firme-t-il, pas peu fier. Pas­cal Sau­valle a éga­le­ment tour­né sous la di­rec­tion de Vic­to­ria Prost, la fille de l’an­cien cham­pion de For­mule 1, qui se des­tine à la réa­li­sa­tion. Il a eu trois rôles dans des courts-mé­trages et a même tra­vaillé pour des In­do­né­siens dont le film se­ra pré­sen­té hors com­pé­ti­tion à la Nos­tra de Ve­nise où l’In­do­né­sie est in­vi­tée d’hon­neur.

Le co­mé­dien a ef­fec­tué plu­sieurs ap­pa­ri­tions dans des clips de rap. « J’ai fait la ren­contre d’un couple de réa­li­sa­teurs asia­tiques. Chez eux, je suis de­ve­nu un ac­teur in­con­tour­nable », as­sure Pas­cal Sau­valle. On a no­tam­ment pu le voir dans ce­lui de Ba­rack Ada­ma pour le titre Chez moi ou en­core dans Prin­cess de Zekwé. Des ex­pé­riences qu’il a mises à pro­fit pour conti­nuer de pro­gres­ser et se faire un nom dans le mi­lieu.

En de­hors des tour­nages, dix-neuf en dix-huit mois, Pas­cal Sau­valle a conti­nué à se for­mer à la co­mé­die. Il a in­té­gré le Théâtre du Lion de Ver­non avec le­quel il prend des cours. Il a éga­le­ment re­joint la troupe avec la­quelle il a in­ter­pré­té Hor­tense a dit je m’en fous et Ed­gard et sa bonne.

Afin de mettre toutes les chances de son cô­té, il a com­plé­té sa for­ma­tion par des stages à Pa­ris. Il a ap­pris à faire une chute de 13 mètres et tra­vailler sur les émo­tions. « J’en suis res­sor­ti com­plè­te­ment aba­sour­di », confie-t-il.

À l’au­tomne, il re­par­ti­ra en stage pour faire un peu de tout et no­tam­ment du com­bat. Pas­cal Sau­valle ne laisse rien au ha­sard et sait ce qu’il veut. « Je ne veux pas faire de sé­rie car après on vous colle une éti­quette. Je cherche sur­tout à faire du court ou du long-mé­trage. La fi­gu­ra­tion, c’est fi­ni pour moi. Je veux pas­ser à autre chose ». Voi­là qui a le mé­rite d’être clair.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.