REDEVENONS DINGUES

L'Informaticien - - ÉDITO - Sté­phane Lar­cher, di­rec­teur de la ré­dac­tion

Comme vous pour­rez le dé­cou­vrir dans notre dos­sier in­ti­tu­lé « Ce qui vous at­tend en 2014 », les mo­di­fi­ca­tions lé­gales et fis­cales im­po­sées par les pou­voirs pu­blics de­vraient avoir un im­pact po­si­tif sur les ac­teurs de l’IT, prin­ci­pa­le­ment les so­cié­tés de ser­vice. Il en va de même pour la fin du sup­port de Win­dows XP et d’Of­fice 2003 qui vont obli­ger les en­tre­prises à re­voir leur parc. Du point de vue des uti­li­sa­teurs et des en­tre­prises, la vie est moins rose car nombre d’entre eux sont peu ou mal pré­pa­rés à ces chan­ge­ments pour­tant im­po­sés. De fait, ces pé­ri­pé­ties ne font que ren­for­cer les so­lu­tions de type SaaS (Soft­ware as a Ser­vice) où la res­pon­sa­bi­li­té quant aux mo­di­fi­ca­tions ou mises à jour change de main et passe du client au four­nis­seur.

« NOUS NE MAN­QUONS NI NE TA­LENTS, NI DE CRÉA­TI­VI­TÉ, NI DE VO­LON­TÉ D’EN­TRE­PRENDRE »

Tou­te­fois, il nous semble que tout ce­ci reste émi­nem­ment dé­fen­sif et l’Hexa­gone semble tou­jours ti­raillé entre sa vo­lon­té de re­de­ve­nir d’une part le coeur du monde, comme le dit un pro­verbe por­tu­gais, et d’autre part un in­son­dable re­pli ef­frayé par le monde nou­veau qui se pré­sente. « Sans le gou­ver­ne­ment, on ne ri­rait plus en France », di­sait Cham­fort voi­ci plus de deux siècles. La fé­roce maxime n’a pas pris une ride et se ré­vèle même en­core plus d’ac­tua­li­té. En ef­fet, il nous semble que l’époque ac­tuelle est sage, trop sage. Les prises de risques sont dé­cou­ra­gées. Les projets les plus fan­tasques sont, chez nous, vi­li­pen­dés quand ils sont por­tés aux nues – pas tou­jours avec rai­son, re­con­nais­sonsle – chez nos voi­sins. Pour­tant, tout le monde re­con­naît – y com­pris nos meilleurs al­liés et ad­ver­saires – que nous ne man­quons ni ne ta­lents, ni de créa­ti­vi­té, ni de vo­lon­té d’en­tre­prendre. Mais, à une époque où il faut sa­voir s’en­vo­ler dans les airs pour réus­sir, l’Ad­mi­nis­tra­tion, la ré­gle­men­ta­tion, les te­nants du monde an­cien et les conser­va­tismes sont au­tant de bou­lets aux pieds pour tous nos ap­pren­tis en­tre­pre­neurs. « La sa­gesse est d’être fou lorsque les cir­cons­tances en valent la peine », écri­vait Coc­teau. Ja­mais peut- être dans l’his­toire du monde, les idées les plus folles n’ont eu d’aus­si belles oc­ca­sions d’éclore. En­core faut-il qu’on laisse aux fous la pos­si­bi­li­té de s’ex­pri­mer… For­mons donc le voeu pour la nou­velle an­née que notre Na­tion re­trouve la lé­gè­re­té qui lui fait au­jourd’hui cruel­le­ment dé­faut. Toute l’équipe de L’In­for­ma­ti­cien vous pré­sente ses meilleurs voeux pour l’an­née 2014.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.