Les pro­ces­seurs dis­po­nibles en 2014 pour les ser­veurs

L'Informaticien - - PUBLI-INFORMATION - YANN SERRA

Vieilles ar­chi­tec­tures ra­fraî­chies, dé­bar­que­ment de GPU dans les ser­veurs, ar­ri­vée de puces pour smart­phones à la place des pro­ces­seurs In­tel et AMD… Voi­là qui au­gure d’une an­née qui part dans tous les sens !

Du­rant 2014, ce sont pas moins de 11 mo­dèles de pro­ces­seurs pour ser­veurs qui vont se dis­pu­ter les fa­veurs des uti­li­sa­teurs. En vé­ri­té, l’offre se dis­perse quelque peu. Chez In­tel vont sor­tir si­mul­ta­né­ment des Xeon d’en­trée de gamme avec la gé­né­ra­tion der­nier cri de cir­cuits élec­tro­niques, ap­pe­lée Has­well, et de nou­veaux Xeon haut de gamme ba­sés sur la vieille gé­né­ra­tion élec­tro­nique de 2012, Ivy Bridge. Chez AMD, le ca­ta­logue de cette an­née se­ra oc­cu­pé par un Op­te­ron vieux de deux ans mais un peu ra­fraî­chi, d’autres to­ta­le­ment nou­veaux équi­pés de coeurs GPU pour ac­cé­lé­rer les cal­culs et, de loin les plus éton­nants, des Op­te­ron ba­sés pour la pre­mière fois sur des coeurs ARM.

Des ser­veurs ARM chez AMD

Alors que le com­mun des ser­veurs est ba­sé sur une ver­sion plus ou moins mus­clée des pro­ces­seurs pour PC (les x86), AMD fait ain­si le pa­ri qu’une nou­velle gé­né­ra­tion de ser­veurs re­po­se­ra sur les mêmes puces que celles qui équipent… les smart­phones et les ta­blettes. « Nous avons été les pre­miers à pro­po­ser des x86 mul­ti­coeurs, les pre­miers à pas­ser les x86 en 64 bits. Et à chaque fois notre mo­dèle a

été sui­vi par la concur­rence » , es­time An­drew Feldman, le pa­tron de la branche ser­veurs chez AMD. Pour lui, il n’y a pas de rai­son que l’idée de mettre des pro­ces­seurs ARM dans les ser­veurs ne fasse pas école. Les ar­gu­ments d’une telle so­lu­tion sont le prix très bas et une consom­ma­tion électrique mi­ni­male pour beau­coup de puis­sance sur des trai­te­ments simples. L’Op­te­ron Seat­tle (nom de code) do­té de 8 ou 16 coeurs ARM Cor­tex A57 64 bits et fonc­tion­nant à plus ou moins 2 GHz de­vrait per­mettre de construire des ser­veurs basse consom­ma­tion mo­no­pro­ces­seurs, do­tés de 128 Go de mé­moire. Il s’agi­ra de conden­ser dans peu d’es­pace et pour un mi­ni­mum de coût d’ex­ploi­ta­tion des ser­veurs web Li­nux ou des têtes de NAS (ser­veurs de sto­ckage), c’est-à- dire ces types de ser­veurs qui forment le plus gros des troupes. À no­ter que le fa­bri­cant de pro­ces­seurs Cal­dexa avait dé­jà mis au point une puce ARM pour ser­veurs. Dell et HP ont fa­bri­qué des ma­chines avec, mais, hé­las, Cla­dexa a dé­po­sé le bi­lan en dé­cembre der­nier. D’un autre cô­té, Sam­sung au­rait aus­si iden­ti­fié une op­por­tu­ni­té pour l’ARM sur le mar­ché des ser­veurs et pour­rait pro­po­ser son propre mo­dèle avant la fin de l’an­née. On ignore en­core quels fa­bri­cants de ser­veurs ven­dront en France des ser­veurs ba­sés sur l’Op­te­ron Seat­tle, ni même si ses al­lé­chantes pro­messes sur le pa­pier se confir­me­ront en pro­duc­tion. Pour le cas où, AMD main­tient à son ca­ta­logue l’Op­te­ron X1150. Sor­ti l’été der­nier, ce pro­ces­seur est do­té de quatre vrais coeurs x86 et, avec ses fré­quences de 1 ou 2 GHz, et ne consomme que 9 ou 17 Watts. Chez In­tel, contre toute at­tente, la nou­velle ver­sion de l’Atom gra­vé en 14 nm (nom de code Air­mont) ne de­vrait fi­na­le­ment pas ar­ri­ver avant l’an­née pro­chaine pour équi­per les ser­veurs basse consom­ma­tion. À la place, on trou­ve­ra des ser­veurs ba­sés sur l’Atom C sor­ti à la fin de l’an­née der­nière. Avec sa gra­vure en 22 nm. Il

ne consomme que 6 W avec deux coeurs à 1,7 GHz ou 20 W avec ses huit coeurs à 2,6 GHz. L’Atom C per­met, sur le pa­pier, d’ef­fec­tuer deux fois plus de trai­te­ments si­mul­ta­nés que l’Op­te­ron X1150 pour une consom­ma­tion si­mi­laire. Reste à savoir com­ment il se com­pa­re­ra aux confi­gu­ra­tions ARM .

Un Op­te­ron dé­dié au trai­te­ment vi­déo

Pour que le ta­bleau de l’en­trée de gamme soit com­plet, si­gna­lons l’exis­tence au ca­ta­logue d’AMD de l’Op­te­ron X2150. Il s’agit d’une ver­sion du X1150, mais des­ti­née à des ser­veurs à la fois basse consom­ma­tion et bi­pro­ces­seurs. Une bi­zar­re­rie. Plus étrange : le X2150, éga­le­ment sor­ti l’été der­nier, dis­pose de… 128 coeurs GPU. Ces coeurs GPU, tout droit is­sus des cartes gra­phiques que fa­brique par ailleurs AMD, doivent ser­vir à bâ­tir des ser­veurs qui com­pressent, traitent et dif­fusent des mé­dias. Ces ser­veurs de­vraient sé­duire les en­tre­prises qui dotent de plus en plus leurs sites web de flux vi­déo, mais aus­si les clus­ters de cal­cul. À no­ter que ce pro­ces­seur est du même type que ce­lui qui équipe les consoles der­nier cri PS4 et Xbox One. Mal­gré tous ses coeurs, l’Op­te­ron X2150 ne consomme que 22 Watts. En face, In­tel n’a pas de pro­ces­seur Atom aus­si spé­ci­fique pour construire des ma­chines dé­diées au trai­te­ment vi­déo.

Ar­chi­tec­tures der­nier cri uni­que­ment pour les mo­no-so­ckets

Du cô­té des ser­veurs mul­ti­fonc­tions – ceux qui exé­cutent des ap­pli­ca­tions et des bases de don­nées – seuls les mo­dèles à 1 pro­ces­seur bé­né­fi­cie­ront à par­tir du se­cond tri­mestre des toute der­nières gé­né­ra­tions de pro­ces­seur. Chez In­tel, le Xeon E3 v3 re­po­se­ra sur l’ar­chi­tec­ture Has­well des pro­ces­seurs pour PC Core i3, i5 et i7 sor­tis l’été der­nier. Ce­la dit, le bé­né­fice par rap­port au Xeon E3 v2 tou­jours dis­po­nible risque de ne pas être pro­bant. À fré­quence égale, la consom­ma­tion se­rait si­mi­laire (la fi­nesse de gra­vure est d’ailleurs la même, avec 22 nm) et les per­for­mances glo­bales n’aug­men­te­raient que d’en­vi­ron 6 %. Un pro­blème dé­jà ob­ser­vé sur les Core des PC entre la nou­velle gé­né­ra­tion Has­well et la pré­cé­dente Ivy Brige, et qui va in­ci­ter In­tel à lan­cer avant l’été

pro­chain des pro­ces­seurs Core un peu mieux op­ti­mi­sés et dits « Has­well re­fresh ». Chez AMD, l’Op­te­ron Ber­lin (3400 ?) dis­po­se­ra de la même ar­chi­tec­ture Ka­ve­ri que les pro­chains pro­ces­seurs A10-7000 pour PC, à savoir 4 coeurs x86 dou­blés de… 512 coeurs GPU, à la ma­nière de l’Op­te­ron X2150, mais pour une consom­ma­tion bien plus im­por­tante ( jus­qu’à 95 Watts). Sur les trai­te­ments cou­rants, cet Op­te­ron Ber­lin se­rait deux fois plus ra­pide que l’an­cien Op­te­ron 3300, à fré­quence et nombre de coeurs égaux. La pré­ci­sion est im­por­tante car l’Op­te­ron 3300 existe en ver­sion 8 coeurs. Pas l’Op­te­ron Ber­lin. On ignore en­core les bé­né­fices des coeurs GPU dans un ser­veur mul­ti­fonc­tion, mis à part le su­per­cal­cul. À no­ter qu’In­tel n’in­tègre pas de GPU dans ses Xeon. Néan­moins, il le pro­pose en op­tion, au tra­vers des co-pro­ces­seurs Xeon Phi 3100, 5100 et 7100, lan­cés lors de la ren­trée 2013. Ces Xeon Phi qui re­groupent res­pec­ti­ve­ment 57, 60 et 61 coeurs d’Atom C à 1 ou 1,2 GHz. Ce sont des monstres de puis­sance, avec des vi­tesses de cal­cul 100 à 200 fois meilleures que le meilleur des Xeon. Mais leur consom­ma­tion est de 300 Watts.

Vieux cir­cuits pour les pro­ces­seurs haut de gamme

En ce qui concerne les ser­veurs mul­ti­pro­ces­seurs (uti­li­sés pour la vir­tua­li­sa­tion ou le trai­te­ment de grosses bases de don­nées), In­tel passe avec deux ans de re­tard les Xeon E5 et E7 en ar­chi­tec­ture Ivy Bridge ; ce se­rait afin de pro­po­ser des pro­ces­seurs to­ta­le­ment mâ­tures pour des ap­pli­ca­tions cri­tiques. Le bé­né­fice de ces nou­veaux Xeon gra­vés en 22 nm est la consom­ma­tion électrique, 50 % in­fé­rieure à celle de leurs pré­dé­ces­seurs gra­vés en 32 nm à fré­quence égale. Du coup, In­tel va dé­cli­ner des ver­sions plus ra­pides (jus­qu’à 4 GHz) et avec plus de coeurs – jus­qu’à 15. Re­vers de la mé­daille, ce­la fe­ra grim­per à nou­veau la consom­ma­tion à 130, voire 155 Watts. AMD semble éton­nam­ment avoir je­té l’éponge en ce qui concerne les ser­veurs mul­ti­pro­ces­seurs. Le fon­deur ne de­vrait lan­cer cette an­née qu’une ver­sion va­gue­ment amé­lio­rée de l’an­cien Op­te­ron 6300, sor­ti à la fin 2012. Ce nou­veau 6300 de­vrait consom­mer un peu moins, mal­gré sa fi­nesse de gra­vure en­core en 32 nm.

Le pro­chain Op­te­ron Ber­lin d’AMD pour ser­veur mo­no­pro­ces­seur se­ra do­té de GPU pour ac­cé­lé­rer les cal­culs vi­déo.

Et si les pro­ces­seurs ARM équi­paient les ser­veurs ? Un pa­ri que va prendre AMD.

Seul le pro­chain Xeon E3 v3 pour ser­veur mo­no­pro­ces­seur re­po­se­ra sur l’ar­chi­tec­ture der­nier cri Has­well.

En at­ten­dant la gra­vure en 14 nm, fi­na­le­ment pré­vue pour 2015, In­tel et AMD es­saient de nou­veaux concepts.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.