La SNCF mo­der­nise la main­te­nance de son ré­seau grâce aux smart­phones

L'Informaticien - - CAPTEURS PHOTOS -

Suite à la ca­tas­trophe fer­ro­viaire de Bré­ti­gny-sur-Orge en 2013, la SNCF a lan­cé un vaste plan de mo­der­ni­sa­tion de ses ac­ti­vi­tés de main­te­nance, mises en dé­faut par ce dé­raille­ment qui a fait sept morts. Par­mi les me­sures : l’équi­pe­ment des 13 000 agents de main­te­nance en smart­phones et ta­blettes. Ob­jec­tif : op­ti­mi­ser leur tour­née de sur­veillance et le sui­vi de l’en

tre­tien du ré­seau. « Nous avons dé­mar­ré ce pro­jet de ma­nière ex­pé­ri­men­tale en 2014 et nous sommes pas­sés en phase opé­ra­tion­nelle de­puis le prin

temps 2015 » , ex­plique un porte-pa­role de la so­cié­té fer­ro­viaire. Concrè­te­ment, en­vi­ron 12 000 smart­phones Sam­sung Ga­laxy Note 4 ont été dis­tri­bués aux agents, ain­si que 1 mil­lier de ta­blettes Ga­laxy Note 10.1.

Com­ment uti­lisent-ils ces ap­pa­reils ? Le res­pon­sable d’équipe donne un ordre de main­te­nance, en di­sant à ses agents d’al­ler faire telle tour­née à tel en­droit. L’agent ré­cu­père cet ordre sur son smart­phone ou sa ta­blette avec tous les dé­tails de l’opé­ra­tion et no­tam­ment les éven­tuelles ano­ma­lies pré­cé­dem­ment dé­tec­tées. Il se rend en­suite sur le ter­rain avec son mo­bile. Lors­qu’une ano­ma­lie est consta­tée sur une voie, l’agent la sai­sie dans une ap­pli­ca­tion mo­bile dans la­quelle il peut in­té­grer une ou plu­sieurs pho­tos pour illus­trer ses pro­pos. L’ap­pli­ca­tion de la SNCF per­met d’an­no­ter les pho­tos et d’en­tou­rer une par­tie de l’image en uti­li­sant le sty­let du Ga­laxy Note. « La pho­to est un ap­port consi­dé­rable dans le tra­vail des chefs d’équipe. Ils peuvent vi­sua­li­ser eux-mêmes l’ano­ma­lie sans al­ler sur le ter­rain. Ils savent concrè­te­ment ce que l’agent a vu. Et entre deux tour­nées, le chef d’équipe peut fa­ci­le­ment com­pa­rer l’évo­lu­tion de l’ano­ma­lie, de ma­nière bien plus pré­cise qu’avec une des­crip­tion tex­tuelle »

, pour­suit la SNCF. Toutes ces don­nées sont trans­mises aux équipes d’en­tre­tien. Chaque compte ren­du de tour­née est éga­le­ment ho­ro­da­té et sto­cké dans un coffre-fort nu­mé­rique. Il pour­ra ser­vir de preuve en cas de dé­faillance sur le ré­seau. « Les constats d’ano­ma­lies sous forme de texte ont une va­leur ju­ri­dique, mais pas les pho­tos » , pré­cise ce­pen­dant la so­cié­té fer­ro­viaire. « Nous sou­hai­tons que nos agents gardent leur ju­ge­ment et ne se contentent pas uni­que­ment de prendre des pho­tos » , conclut

on à la SNCF.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.